17 octobre 2014

Marina Silva change sa politique… et son look

 

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Neca_Setubal_e_Marina_Silva.jpg
Marina Silva et la milliardaire Neca Setubal / Cacá Meirelles/ Wikimedia Commons

Marina Silva a-t-elle finalement compris pourquoi elle perd les élections présidentielles? Celle qui aime tant surfer sur son image d’amazone, de « femme de la forêt » par qui la synthèse ville-forêt arrivera sur Brasília,  s’incline finalement face aux lois de la modernité médiatique… 

C’est une Marina Silva rajeunie de vingt ans qui est apparue lors d’un meeting avec le candidat aux élections présidentielles, Aécio Neves [PHOTOS], fort de sa haute performance pendant le deuxième débat face à Dilma Rousseff. Un débat organisé par le chaîne de télévion SBT. Marina Silva arborait un incroyable chignon façon collégienne, chemise (ou blouse, je ne suis pas spécialiste en la matière) verte aux manches franchement seventies (le Funk des années 1970, c’était beau aussi), un patalon en pattes d’éléphant… le pouvoir donne des ailes… ou plutôt, d’énormes pattes.

Elle était belle, élégante et semblait un moment avoir oublié sa défaite. L’excellent débat d’Aécio Neves face à Dilma avait de quoi la réjouir. C’est pas tous les jours que sa pire ennemie se fait bastonner en direct… Dilma Rousseff en est ressortie K.O, littéralement. Petit quota de bisarrerie d’une campagne électorale où l’on aura franchement tout vu…


Dilma passa mal após debate no SBT por thevideos11

Marina Silva a donc changé son look. A une époque où l’image est reine on ne peut pas longtemps se passer des avantages de la communication. Surtout quand on sait que dans ces élections présidentielles, ce sont les jeunes qui feront la différence. Machiavel n’avait-il pas dit « qu’en politique il faut avant tout paraître et non pas être », comprenne qui pourra.

Certains médias n’ont pas pû s’empêcher de glisser de petites blagues sur le nouveau look de la championne des écologistes brésiliens: « Marina Silva troque sa ‘Nouvelle Politique’ pour de nouveaux cheveux ». Et si elle avait tout simplement compris (enfin) son époque?

 

Partagez

Commentaires

Réndodjo Em-A Moundona
Répondre

Nous sommes dans le monde du paraître. L´image de l´homme public compte plus que ce qu´il a à dire.

Serge Katembera
Répondre

C'est exactement cela... et quelles conséquences pour nos démocraties !