Coupe du monde 2018 : au Brésil, les chaînes de télévision font leur « révolution sexuelle »

https://www.torcedores.com/noticias/2018/06/historico-estreia-do-brasil-na-copa-tera-equipe-100-feminina-na-tv?enable-feature=new_layout

Isabelly Morais, à droite (Crédit photo: Fox Sport)

Une petite révolution est en marche sur les chaînes de télévision brésiliennes : pour la première fois, un duo de femmes a commenté un match de Coupe du monde. Si Fox Sports a fait fort en mettant deux journalistes femmes en avant pour commenter le match d’ouverture (rien que ça), le grand groupe de l’audiovisuel Rede Globo a lui  placé plusieurs femmes au coeur de son dispositif, avec de nombreuses femmes qui participent aux débats pré et post-matchs. 

Ceux qui lisent mon blog Carioca Plus savent que j’ai toujours présenté le Brésil comme un pays paradoxal sur plusieurs aspects. D’un côté on constate une explosion des mouvements de droite dure et d’extrême droite avec pour conséquences une recrudescence d’actes homophobes et de crimes racistes. De l’autre côté on constate des signes évidents d’une transformation des moeurs au sein de la société brésilienne, plus ouverte et plus tolérante par rapports aux schémas habituels.

La retransmission des matchs, un marché devenu hyper concurrentiel  

On le sait, le marché du football est devenu extrêmement concurrentiel pour les chaînes de télévision, l’achat des droits de retransmission est devenu un enjeu majeur, c’est peut-être là qu’il faut voir la raison de l’évolution actuelle des présentateurs et commentateurs avec de nombreuses journalistes femmes. L’achat des droits de télévision est devenu un tel enjeu pour le football moderne, qu’il est important pour chaque acheteur de proposer, non seulement à la Fifa, mais aussi aux téléspectateurs, un produit attractif. Et l’attractivité passe aussi par le fait d’être raccord avec son temps ! D’où l’importance d’une certaine représentativité féminine dans les médias, y compris pour commenter le sport, le football notamment.

Au Brésil, pendant des années, le débat de la représentativité était restreint aux questions raciales. La seule question qui se posait était celle de la mise en place de quotas pour que tous les groupes ethniques qui composent la société brésilienne, véritable mosaïque, soient pris en compte. Mais aujourd’hui, de façon plutôt surprenante, on assiste à une évolution sociale à laquelle on s’attendait moins : la question de la visibilité n’est plus uniquement celle de l’origine et des couleurs de peaux, mais aussi celle du genre et de la représentativité des femmes. Autant dire une vraie révolution pour le football et pour le petit écran ! Il est même surprenant de constater une telle innovation sans que cela n’ait été au préalable encouragé par un débat national !

Recomandation contre l’homophobie

La chaîne spécialisée Fox Sports a été la plus innovante en lançant un duo de femmes, devenu la sensation des réseaux sociaux depuis le début du Mondial. Cette chaîne compte pourtant avec la présence de collaborateurs masculins au long CV tel que « l’animal » Edmundo, vice-champion du monde en 1998 en France. Mais c’est la journaliste Isabelly Morais qui a commenté la rencontre Russie – Arabie Saoudite, eh oui, le match d’ouverture !

Quant à la chaîne de télévision Rede Globo , elle compte Fernanda Gentil parmi ses étoiles montantes. Fernanda est journaliste, elle a fait son coming out il y a deux ans et est devenue un symbole du mouvement LGBT au Brésil. Elle n’a pas hésité à ridiculiser une recommandation du Ministère des affaires étrangères demandant aux brésiliens d’éviter toute démonstration homo-affective en Russie.

La belle et la bête

C’est aussi sur Rede Globo qu’un duo improbable a fait son apparition, ils sont d’ores et déjà LA révélation de cette Coupe du monde. Il s’agit ni plus ni moins des commentateurs vedettes de l’émission culte Troca de Passes. Carlos Alberto Torres (l’éternel capitaine du Brésil en 1970) était même leur parrain. Cette année, les producteurs de l’émission ont innové en formant ce couple d’animateurs « Grafite /Ana Thais » pour les analyses tactiques.

J’avoue qu’aujourd’hui, sur l’ensemble des chaînes de télévision, il n’existe aucun autre couple d’animateurs-commentateurs avec un tel niveau de connaissance technique, une telle aisance, une telle complémentarité, et le tout sans vanité (eh oui, ça existe).
Pour ceux qui ne s’en souviennent pas, Grafite est ce gros gaillard autrefois meilleur buteur du championnat allemand avec Wolfsbourg, ce qui lui avait valu un billet direct pour le Mondial sud-africain. Quant à Ana Thais, elle apporte une touche nouvelle sur la scène médiatique : très vive, intelligente, pertinente, parlant parfaitement le jargon des footeux… bref,  le couple Grafite/Anna Thais c’est le ticket gagnant pour les téléspectateurs mais aussi pour les audiences !

______

Suivez moi sur Twitter @sk_serge et partagez cet article. 

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.

3 Commentaires

  1. Bjr
    J’aimerai revenir sur cette montée des mouvements nationalistes et/ou racistes, j’ai même appris que RONALDINHO s’est rapproché de l’un de ces mouvements.
    Je me demande premièrement comment dans un pays où il y a tant de gens basanés, de tels mouvements peuvent connaître un tel essor.
    Vu de loin,le pourcentage de « blancs », (c’est à dire de gens éligibles à l’entrée au KKK) est plutôt faible.
    Et quel est leur but final à ces mouvements?
    Merci et à bientôt….

    1. Je dirai que les élites conservatrices qui sont restés pendant 14 ans loin du pouvoir ont forcé la l’éviction de Dilma Rousseff puis l’incarcération de Lula, pour cela , ils ont alimenté à travers les médias un discours haineux. Certains hommes politiques populistes en ont profité et ont surfé sur le manque de culture d’une bonne partie de la population pour convaincre.
      Ce qu’ils veulent? Ce sont toujours les intérêts des élites économiques qui définissent la politique et lorsque ceux-ci controlent en plus les médias, ils controlent bien plus que ça.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *