Brésil: En finir avec la « Seleção »

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Brazil_1970_Subbuteo_P1010304.JPG

Crédit photo: Sportingn | Wikimedia Commons

J’ai hésité avant d’écrire ce billet, mais l’heure n’est plus à la tergiversation. Il est temps de prendre des mesures drastiques pour en finir une bonne fois pour toute avec ce spectacle décadent qu’est dévenue la « Seleção ». Neymar, David Luiz et Dunga ne sont que les bouc émissaires d’un mal plus profond qui détruit le football brésilien depuis des décennies. Il faut en finir avec l’équipe brésilienne de footaball.

« Sommes-nous arrivés au point de non-retour avec cette équipe brésilienne de football? ». Je posais la question sur le réseau social Facebook puisqu’un ami brésilien montrait son inquiétude quelques minutes après la victoire sur le fil du Brésil face aux vénézueliens. Sans vouloir leur manquer de respect, on connait les vénézueliens pour leur capacité à remporter Miss univers et consorts. Le football a toujours été la chasse gardée des « canaris ». Mais ça, c’était avant. Car aujourd’hui, les vénézueliens proposent un jeu égal, sinon meilleur que celui de la Seleção « Venezuela toca, Brasil corre »*.

Tragique football brésilien. Tragique journée que ce dimanche 21 juin. Les joueuses brésiliennes qui tombent face à une équipe bureaucratique d’Australie. Sérieusement? L’Australie? N’est-ce pas le pays des Kangurus plutôt connu pour produire des grands champions du Rugby? Les voilà reconvertis en bourreaux des brésiliens.

A qui la faute?

La question mérite d’être posée. Et il convient de dépasser les arguments de comptoire. Les premiers respondables sont simultanément la Confédération Brésilienne de Football (CBF) ainsi que les plus grands sponsors qui la financent. Le journal brésilien Folha de São Paulo publiait une série d’articles dénonçant les nombreux scandales touchant la seleção; cela va jusqu’à l’influence de certains équipementiers dans le choix des joueurs ainsi que de leurs remplaçants.

Même le « teigneux » Felipe Scolari n’a pu résister à la pression, souligne Folha. Le scandale à la Fifa a eu raison de Sepp Blatter, mais il aura surtout servi à montrer la profondeur des dégâts produits par une corruption séculaire dans les hautes sphères football sud-américain. « A quoi aura servi, par exemple, ce match de football au Qatar entre le Brésil et l’Argentine? »**, s’interroge le journaliste de ESPN Brasil, Paulo Calçade. « Quel est le rôle des joueurs? », poursuit un autre.

Il m’arrive très souvent de m’arrêter à un café et de discuter avec des personnes beaucoup plus âgées que moi. Qui sait la sagesse que je pourrais leur soutirer? C’est ainsi qu’un vieux monsieur ayant passé la soixantaine me racontait « son histoire » de la Seleção qui pour lui s’arrête en 1982, autant qu’elle commence en 1958. Il entonne une chanson citant les grands joueurs de l’époque: « Pelé, Garrincha, Vavá, Bellini, Rivelino, mais lui c’est juste après, en 1970 » me dit-il pour prouver que sa mémoire tient encore. « Clodoaldo! », lui dis-je. « Oui, Clodoaldo », retorque-t-il avec un gros sourire. Essayez de trouver quelqu’un qui vous cite le onze titulaire du dernier match de la Seleção

https://pt.wikipedia.org/wiki/pt:Brasil?uselang=en#/media/File:Selo_da_Copa_de_1970_3_cruzeiros.jpg

Un timbre rendant hommage à seleção de 1970 – crédit photo: Halleypo

Je lui dis que le problème de la Seleção, c’est qu’il lui manque un entraineur. « Mais non », répond-t-il, comme qui connait des secrets. « Le problème de la Seleção, c’est que l’entraineur ne choisit par ses joueurs ». Ce qui n’est pas le cas du Chili vraisemblablement.

La simple lucidité de cet homme fait échos à l’enquête de Folha de São Paulo et révèle le discrédit de cette équipe de football qui ne représente plus personne. Et chez les femmes, la situation est encore pire. Puisqu’elles n’ont aucun soutient.

Pose café:

suite…

Clivage et crispations

Cela fait un moment déjà que je vis au Brésil et je vous garantis que ce peuple est un don du ciel. Vous rencontrerez des personnes fascinantes qui vous passeront toute envie « d’aller voir ailleurs ».

Et pourtant, il suffit que la Seleção rentre sur la pelouse pour qu’enfin se manifeste le côté le plus rétrograde et conservateur du Brésilien. Pardonnez-moi de généraliser encore une fois, mais c’est malheureusement le cas de la majorité. Un brésilien n’acceptera jamais d’admettre qu’une autre équipe de football développe un jeu plus attractif. Critiquer Neymar alors, un sacrilège. Pas étonnant que le môme ait la tête enflée.

Les brésiliens, en général, sont incapables de faire une autocritique lorsqu’il s’agit de football. S’ils se montrent démésurément critiques contre leur propre pays quand le sujet est la pauvreté ou le sous-développement, ils ont l’assurance des nord-américains lorsque le débat tourne autour du ballon rond.

Imaginez quelle fut ma stupéfaction lorsqu’un journaliste de ESPN Brasil affirmait d’un air aussi naturel qu’un Donald Trump se présentant aux présidentielles américaines: « qu’aucun autre technicien étranger ne pourrait coacher le Brésil parce que c’est quelque chose de particulier ». Bon sang! Cet homme essayait de faire comprendre au public (qui paie un abonnement pour écouter ses inepties…) que Dunga ferait nécessairement un meilleur travail à la tête de la sélection « canari » qu’un Guardiola ou un Mourinho.

De plus, 2014 a été une année extrêmement stressante tant en matière de politique – à cause des élections – que de sport – à cause de la Coupe du monde. Et de manière plus dramatique, la crise économique, les scandales politiques et Petrobras… Je ne me souviens pas avoir passé une année aussi clivante au Brésil. Pour couronner le tout, la lourde correction administrée par les allemands à le seleção (7-1) a confirmé l’annus horribilis que nous vivions et, dès lors, annihilé le mythe du jogo bonito***.

Pose café de 10 minutes:

Suite…

D’autres priorités

Cet état de chose ne me convient plus. J’aime le football. Je l’aime lorsqu’il véhicule encore certaines valeurs. Je ne suis pas un partisan de « la fin justifie les moyens ». Peut-être est-ce la raison pour laquelle j’aime Arsenal et non Paris SG.

Mais dans la vie, il y a d’autres priorités. Il y a par exemple, l’épineuse question de la réduction de la majorité pénale dont personne ne parle, il y a la grève des professeurs d’universités, il y a aussi le taux élevé des noirs assassinés dans tout le Brésil.

Pourquoi donc ne pas capitaliser notre énergie sur ces questions qui servent vraiment à quelque chose; et ainsi arrêter d’accorder de l’importance à cette seleção de la CBF pilotée essentiellement par les intérêts de Nike; une équipe de football qui symbolise l’outrageante arrogance du foot business, et qui par ailleurs ne joue plus sur le sol brésilien. On l’appelle même la « seleção de Londres« …

Pour le reste, je pense bien que c’est mon dernier billet sur la Copa América. En effet, pour une raison d’équilibre, je ne lui dédie « que » deux articles comme pour la CAN. Même niveau de jeu, même nombre d’articles. Soyons justes.

______

* Le Vénézuela joue à la passe, le Brésil court après le ballon.

** Nous avions noté la présence remarquée de Zinédine Zidane à l’occasion.

*** Le beau jeu.

Suivez-moi sur Twitter, pour plus de commentaires sur le Brésil: @sk_serge

 

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.
Serge

Derniers articles parSerge (voir tous)

6 Commentaires

  1. Eh bien, quel billet ! Intéressant, un peu contradictoire aussi, car au final tu as mobilisé de cette précieuse énergie que tu évoques pour écrire ce billet sur une équipe que tu ne « supportes » plus… 😉
    En lisant ton billet, je ne pensais qu’à Pascal et sa théorie sur le divertissement. « Rien n’est si insupportable à l’homme que d’être dans un plein repos, sans passions, sans affaires, sans divertissement, sans application. Il sent alors son néant, son abandon, son insuffisance, sa dépendance, son impuissance, son vide. » Peu importe donc le niveau de l’équipe du Brésil, ou de toute autre équipe, elle fournit une occasion de se divertir, de parler, de crier, de rencontrer, de critiquer, de tromper l’ennui, en somme.
    En bref, autres problématiques plus importantes ou pas, équipe faible ou pas, corruption ou pas, dans le cas présent, seul compte le divertissement procuré par cette équipe, qu’il soit de bonne ou mauvaise qualité.
    Et donc, au final, je n’en sais rien des raisons de la piètre qualité du jeu brésilien, mais je continuerai à regarder de temps en temps… histoire de me divertir.

    1. « un peu contradictoire aussi, car au final tu as mobilisé de cette précieuse énergie que tu évoques pour écrire ce billet sur une équipe que tu ne « supportes » plus… »; je m’attendais à ce commentaire, mais qui m’aurait dit que cela viendrait de toi, Mylène… 🙂
      C’est vrai, mais en même temps comment dire aux gens que l’ont doit en finir avec la Seleção sans parler de la Seleção? A la limite, j’aurais dû faire un papier moins intéressant :p

      Et ben, quelle belle citation de Pascal… je l’avoue, un auteur que j’ai très peu lu. Mea culpa !

  2. Eh bien tu ne mâches pas tes mots hein « le « teigneux » Felipe Scolari »… « Pas étonnant que le môme ait la tête enflée » « Cet homme essayait de faire comprendre au public (qui paie un abonnement pour écouter ses inepties…) » Heureusement que la liberté d’expression existe 🙂

  3. Priorités? Le football loin de son caractère ludique est aussi une priorité. Ne serait ce qu’à voir combien de brésiliens sont sortis de la misère grâce au sport Roi. Le football a fait la réputation du Brésil. Posons les vrais problèmes, parce qu’on a beau dire on regardera plus le prochain match des décevants lions indomptables ou qui d’autres ..à la prochaine CAN on sera encore assis a supporter et à ruminer notre douleur. C’est ça l’infernale passion du foot. S’agissant du Brésil, le vivier est de moins en moins bon. Faudra revoir la DTN (direction technique brésilienne). Le projet du football brésilien a toujours été le jeu champagne. D’antan, même les défenseurs brésiliens étaient des fins techniciens. Mais et maintenant? Même Neymar, c’est pas du grand art. Quand un garçon comme FRED a longtemps été titulaire chez la celeçao faut se poser des questions? Enlevez à Barcelone son style de jeu et il perd son identité. la chute du Brésil n’enlève rien pourtant au nivellement des valeurs au niveau de l’Amérique latine avec des pays comme le Venezuela, le Pérou et la Colombie qui montent en force. Tu sais quoi Serges, faille que le Brésil arrive en finale et tu te surprendras encore à crier devant ton poste téléviseur. supporter un jour supporter toujours. Gbès est mieux que dra.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *