Pour Gaza, le Brésil adopte la stratégie anti-apartheid

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Dilma_Rousseff_and_Mahmoud_Abbas_2011.jpgDilma Rousseff et Mahmoud Abbas en 2011- crédit photo: Antonio Cruz/ABr / Wikimedia Commons
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Dilma_Rousseff_and_Mahmoud_Abbas_2011.jpg

Dilma Rousseff et Mahmoud Abbas en 2011- crédit photo : Antonio Cruz/ABr / Wikimedia Commons

Le gouvernement brésilien est enfin sorti de son mutisme sur la crise à Gaza, mais il est encore trop tôt pour analyser froidement son choix diplomatique. Alors que sur les réseaux sociaux la pression se fait de plus en plus grande contre l’opération « Bordure protectrice » menée par Israël à Gaza, le ministère brésilien des Affaires étrangères adopte une position radicale.

L’Itamaraty a rappelé son ambassadeur à Tel-Aviv pour une « consultation » à Brasília. En langage diplomatique, on sait que ce n’est pas pour lui transmettre des mots doux destinés à Benjamin Netanyahu…

S’agit-il d’une stratégie diplomatique alignée sur l’opinion publique brésilienne considérant qu’on est à quelques mois des élections ou d’une mesure innovatrice vis-à-vis d’Israël?

On se rappellera évidemment que le Brésil fut l’un des premiers pays à soutenir ouvertement l’ANC dans sa lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud, ce à quoi Mandela rendit un vibrant hommage en se déplaçant à Brasília quelques temps après sa sortie de prison.

D’un autre côté, on est en droit de se demander si cette mesure radicale de la part de l’Itamaraty ne s’inscrit pas dans la « logique des réseaux sociaux ». Déjà pendant l’affaire Snowden, Brasília s’était sensiblement laissé influencer par les médias, quitte à froisser ses relations avec Washington.

Si comme certains observateurs le suggèrent il s’agit d’un boycott annoncé contre Israël, le Brésil donne encore la preuve d’une vision humaniste de sa politique étrangère.

Cependant, on peut se questionner le fait qu’à Brasília, il n’a pas été fait mention des coups de roquettes lancés sur Israël par le Hamas depuis Gaza.

Reste à savoir si d’autres pays adopteront la même stratégie…

Le gouvernement israélien a quant à lui réagi avec violence à la note officielle publiée sur le site du ministère brésilien des Affaires étrangères. Tel-Aviv qualifie le Brésil de « pays sans importance politique sur la scène internationale ». Brasília réfléchirait sur la meilleure réponse à donner suite à cette déclaration offensive d’Israël.

>>> Lire mes articles précédents sur la crise à Gaza ici et .

>>> Participez à une mobilisation internationale contre l’opération « Bordure protectrice » ICI.

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.
Serge

Derniers articles parSerge (voir tous)

2 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE