C’est confirmé, critiquer la Coupe du monde ne te rend pas plus intelligent

Photo : Cybele Soares
Photo : Cybele Soares

Photo : Cybele Soares

Ami internaute, ce n’est plus la peine de manifester ta colère contre la Coupe du monde du Brésil. Selon des personnalités très bien placées dans les milieux universitaires brésiliens, le débat relatif à la mauvaise organisation de la Coupe du monde s’est dénaturé et en a perdu tout son sens, si ce n’est le caractère passionnel de ceux qui attaquent le grand événement sportif organisé par le Brésil. Critiquer la Coupe du monde peut être le signe d’un manque d’intelligence… 

Pour une sociologue spécialiste des questions morales dans le sport et que j’ai interrogé sur ce thème (mais dont je me garderai de révéler l’identité), « la critique de la Coupe du monde est entrée depuis longtemps dans la sphère de la passion. Il n’y a plus aucune rationalité, il n’y a plus de véritable débat… ».

D’ailleurs un titre du journal Folha de São Paulo lundi est révélateur de la dégradation du débat et des amalgames véhiculés par les propres médias. Voulant critiquer le fait que l’équipe nationale allemande de football se soit retranchée sur la côte de l’Etat de Bahia, perturbant au passage la tranquilité des habitants, le journal ose un parrallèle douteux avec le la construction du Mur de Berlin.

Folha de São Paulo fait un raccourci dangereux et plein de préjugés contre les allemands. Si les habitants de la petite cité cotière ont été brutalisés, ce n’est évidemment pas la faute de la National Manchaft, mais plutôt celle de la Police Militaire de Bahia, voire du Parlement brésilien qui a voté une « Loi Spéciale de la Coupe du monde » autorisant certains comportements brutaux aux forces de l’ordre, ainsi que des jugements expéditifs par les tribunaux – voir aussi ce qui s’est passé en Afrique du Sud en 2010.

Un autre article a attiré mon attention cette semaine. Il s’agit du billet d’un des blogueurs brésiliens les plus influents ( un ancien journaliste de Folha de SP) connu aussi pour être supporter de Fluminense, le club de football où évolue Fred notamment. Alors qu’il énumère les raisons qu’il supportera les autres 31 équipes contre le Brésil lors de ce Mondial, André Barcinski ne se rend pas compte de ses propres incohérences. Preuve que le débat n’est plus rationnel.

Selon lui, « il n’ y aucune raison de supporter l’équipe de la CBF (la confédération brésilienne de football) qui est une entité corrompue ». Mais il oublie que son équipe de coeur, dont il administre un blog spécialement dédié évolue dans ce même championat de la CBF, la Seria A.

Enfin, pour te prouver, ami internaute, que le football n’est définitivement pas l’opium du peuple, écoute plutôt ce spécialiste des relations internationales interviewé par RFI. Selon lui, « la Coupe du monde renforce les liens sociaux au niveau local et contribue à la formation du Bonheur National Brut (BNB) »… Il pense évidemment au concept inventé au Bhoutan, mais depuis lors enterré.

______________

 P.S: Merci à la journaliste Cybele Soares de m’avoir gentiment cédé cette photo

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.
Serge

Derniers articles parSerge (voir tous)

4 Commentaires

  1. Eh bien, on devrait réserver quelques millions à partir des 13 milliards de dollars d’argent public pour faire avancer la recherche de cette sociologue spécialiste que tu gardes de révéler l’identité. Comme ça toute la grosse part de la recette n’irait pas tout droit dans les caisses enregistreuses de la FIFA. Et le pauvre peuple brésilien, saurait qu’enfin, que toutes les expulsions forcées, les disparitions, les assassinats et la répression policière étaient le fait qu’ils n’étaient pas intelligents. Eh oui, «la Coupe du monde renforce les liens sociaux au niveau local et contribue à la formation du Bonheur National Brut (BNB)» les jeux de Soshi aussi que des gens super-intelligents ont pas mal critiqué. La majorité des gens qui critiquent le font par humanité et par devoir de solidarité du Brésil, ils ne critiquent pas la Coupe du monde, mais son organisation et l’absence d’une «juste part» pour les pauvres brésiliens qui payent les pots cassés.

    1. Que le football contribue à augmenter « le Bonheur National Brut » n’est pas un point sur lequel on doit débattre, c’est vérifié.
      Que le foot crée et renforcent des liens sociaux est également vérifié, évidemment il s’agit du football au niveau amateur…
      Après il ne faut pas confonfre la FIFA avec le football. Quand je parle (les sociologues en fait) d’intelligence, ils font référence au côté irrationnel qui intervient comme cette partie du public bourgeois de São Paulo qui insulte Dilma Rousseff dans des termes que l’on devraient pas dire devant des enfants…
      Autre choses, Neymar n’est pas payé par l’argent brésilien. C’est le FC Barcelone qui le paye et aussi la CBF… Après pour les dépenses , c’est clair qu’il y a eu des détournements d’argent…mais en Allemagne aussi et au Qatar aussi… si les brésiliens n’avaient pas commencé à manifester l’année dernière, le monde aujourd’hui s’en foutrait totalement, y compris toi…
      Merci pour le commentaire 🙂

  2. Peut-être que tu ne vas plus rencontrer la «sociologue spécialiste», au cas où tu la recroises : je suis curieux de savoir à quel degré, ne sont «pas-plus-intelligents» cette majorité de la population du Brésil qui reproche à son gouvernement de mettre une trop grosse somme d’argent dans cet évènement au lieu de le placer dans des services plus importants comme la santé, l’éducation ou la sécurité, y compris les artistes du street art. Merci mon l’amitié, pour cette information inédite.

    Cordialement !

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE