Lettre à Paulo Coelho, « chantre » de l’opportunisme

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Coelho,_Dunga,_Lula,_Rom%C3%A1rio_%26_Blatter_at_announcement_of_Brazil_as_2014_FIFA_World_Cup_host_2007-10-30.jpgEn 2007, Paulo Coelho, Dunga, Lula et Romário reçoivent l'organisation de la Coupe Du Monde 2014 au Brésil - Marcello Casal JR/ABr/ Wikimedia Commons
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Coelho,_Dunga,_Lula,_Rom%C3%A1rio_%26_Blatter_at_announcement_of_Brazil_as_2014_FIFA_World_Cup_host_2007-10-30.jpg

En 2007, Paulo Coelho, Dunga, Lula et Romário reçoivent l’organisation de la Coupe Du Monde 2014 au Brésil – Marcello Casal JR/ABr/ Wikimedia Commons

Le Brésilien Paulo Coelho retourne sa veste. Je ne l’ai pas vu venir et je m’en veux un peu. C’est dans la salle d’attente de l’aéroport Félix Houphouët-Boigny que j’ai eu connaissance de l’intention de l’écrivain vedette de boycotter la Coupe du Monde du Brésil. Lui qui avait soutenu aux côtés de Lula la candidature du Brésil à l’organisation de ce Mondial 2014 se veut aujourd’hui défenseur des malheureux Brésiliens

Paulo Coelho nous joue une belle partition d’opportunisme et peut-être pense-t-il être en train de rédiger un de ses romans indigestes… et cette fois-ci, il se place au coeur de l’intrigue, en parfait alchimiste retourneur de veste…

Cher monsieur Coelho, vous avez déclaré que Ronaldo est un imbécile, en référence aux propos désastreux d’Il fenomeno qui nous avait poussés à écrire un billet critique dénonçant le crépuscule des idoles. Je vous comprends. Mais, il y a un « mais ».

Vous vous estimez donc être une meilleure personne que Ronaldo da Lima, mais le timing de votre sortie médiatique dans le Journal du Dimanche ne joue pas en votre faveur.

C’est un peu tard, monsieur Coelho de retrouver une « conscience publique » à quelques semaines du début de la Coupe du Monde. En critiquant Ronaldo, c’est votre propre incohérence et mauvaise foi que vous laissez transparaître.

Contrairement à vous, Ronaldo ne s’est pas affiché à côté du dirigeant sportif du football le plus corrompu de l’histoire du Brésil, je cite, Ricardo Teixeira. En effet, on vous voit recevoir, en 2007, la Coupe du Monde avec Lula, Dunga et Romário (tiens, un autre retourneur de veste) des mains de Ricardo Teixera.

Il me semble aussi que vous vieillissez mal cher monsieur Coelho, un peu comme Pelé que vous allumez également dans une récente interview où vous affirmez que « le Brésil déteste Pelé… qu’il a quelque chose qui ne marche pas. » Mais, de quoi parlez-vous, voyons ? Le Brésil adore son roi. Et si l’on se moque parfois des pronostics de Pelé, c’est souvent dans la bonne humeur… Ne confondez pas vos fantasmes avec la réalité. On sait bien que vous auriez voulu être Pelé. Là, bien au fond de votre âme, se cache un petit regret de ne pas avoir eu la popularité incontestable de l’enfant prodige de Três Corações.

En passant, « l’imbécile Ronaldo » est également adoré ici. D’ailleurs, ça c’est quelque chose qui m’a toujours surpris : Ronaldo, c’est un peu le Zidane des Brésiliens. Le frère idéal, le gendre idéal, l’ami idéal… on lui pardonne tout.

Cher monsieur Paulo Coelho, j’ai l’impression que vous avez perdu tout sens de la réalité par rapport au Brésil. Détrompez-vous, les Brésiliens vont remplir les stades, ils regarderont avec bonheur et honneur les dribles de Neymar, les petits pas de danse dont seul Fred a le secret.

Pour tout vous dire, je marche dans les rues, et partout, j’aperçois des drapeaux verde e amarelo accrochés aux voitures, aux fenêtres des immeubles, etc. Les bars, les pharmacies se sont mis aux couleurs nationales… le pays respire déjà la Coupe du Monde.

Je ne dis pas que la déception n’existe pas. Il y a évidemment des choses plus importantes dans la vie que le football; cependant, ignorer l’importance de ce sport dans la production de l’auto-estime nationale de vos compatriotes est une faute grave.

Il y aura effectivement des manifestations de rue pendant la Coupe du Monde, mais ce ne sera pas parce que vous l’aurez souhaité, ou parce que votre « indignation » aura ému le peuple… un peuple que vous ne connaissez  pas, assurément !

Contrairement à Romário, qui a retourné sa veste de bonne heure, votre démarche n’a fait que confirmer cette image négative que j’avais de vous – Ô, célèbre écrivain médiocre, qu’on se le dise.

 

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.

14 Commentaires

  1. En écrivant ce commentaire, je fredonne la chanson de Jacques Dutronc.
    Cet opportuniste est malheureusement l’écrivain brésilien le plus célèbre dans le monde…même si les mécontentements existent, la tentative de récupération est pathétique.

    1. C’est un paradoxe. L’écrivain de langue portugaise le plus vendu au monde est aussi l’un des plus médiocre. Contrairement à des José Samarago par exemple, brillant mais incompris du grand public.
      La « sortie » de notre cher Paulo Coelho a failli me faire vomir à l’aéroport d’Abidjan …

  2. À ce point !? Je n’ai pas lu grand chose de M. Coelho. Un ou deux livres seulement. Mais vu ce qu’en disent plein de gens, j’ai peine à croire l’image que présente cet article.

    1. A ce point !
      En fait, si tu me dis quel livres tu as lu , je pourrais te donner mon avis. Quoique le billet ne soit pas vraiment sur ses livres. En tous les cas, j’ai commencé plusieurs de ses romans et je ne les termine jamais tellement c’est d’une banalité ennuyante et je ne suis pas le seul à le penser. D’un autre côté, je connais des gens qui l’aime bien… 🙂

  3. Personnellement je ne m’étonne pas de son revirement. Mais plutôt du fait que ce soit maintenant qu’il prétende s’indigner des dépenses exorbitantes pour le mondial. Que Pelé s’y mette aussi pendant qu’on y est!

  4. De Coelho je n’ai lu que l’Alchimiste, que j’ai aimé (et je ne suis pas le seul – un de mes profs nous en parlait même comme étant LE livre à lire ) donc ton jugement me surprend ; et pourtant ce n’est pas la première fois que j’entends dire que c’est un auteur médiocre, loin de là. Que lui reproche t-on ? Sa philosophie à deux balles ? Son succès ? What ?

  5. Pour rester dans.me.ton de ton billet je dirais que pour un billet qui parle de foot j’ai aimé. Je n’ai toujours pas lu l’alchimiste.ni aucun de ses livres et ce n’est pas ce.texte qui m’en donnera l’envie de stopper cette procrastination prolongée. Peut-être que c’est mieux en faite.

    1. Ah ah… lis quand même un de ses livres, si tu peux… après tu nous diras si Mr. Coelho est un écrivain qui mérite ses ventes… Mais… ce billet ne parle ni de foot, ni de l’oeuvre de Coelho… 🙂

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *