Des stars brésiliennes contre les biographies non-autorisées

http://en.wikipedia.org/wiki/File:Gilberto_Gil_with_guitar.jpgAncien ministre de la culture, Gilberto Gil performing in 2007 (Crédit photo: Joi Ito from Inbamura, Japan/cc)

 

http://en.wikipedia.org/wiki/File:Gilberto_Gil_with_guitar.jpg

Ancien ministre de la culture, Gilberto Gil performing in 2007 (Crédit photo: Joi Ito from Inbamura, Japan/cc)

C’est un phénomène connu en psychanlyse: on reproduit, adulte, les violences soufferts pendant l’enfance. Ce mal profond s’est visiblement emparé des têtes pensantes de la culture brésilienne que sont Gilberto Gil, Caetano Veloso ou Chico Buarque.

La polémique fait rage et est actuellement débatue à la Cour Suprême de Justice qui, ma foi, ne laisse rien échapper. Les biographies non-autorisées sont-elles légales, doivent-elles l’être? Ou doivent-elles au préalable passer par le consentement des principaux intéressés, c’est-à-dire les personnalités publiques? Et dans ce cas, le concept biographie non-autorisée devra simplement être supprimé des encyclopédies puisqu’elle n’existerait plus. Peut être aurait-elle sa place dans quelque Dictionnaire de métaphysique, au meilleur des cas.

Caetano Veloso, donc, ainsi que Gilberto Gil, et Chico Buarque ont été des pauvres victimes de la censure pendant leurs carrières respectives; certains forcés à l’exile où ils produisaient des textes à double sens afin de brouiller les pistes. Pourtant aujourd’hui, ils sont à la tête d’un mouvement paradoxalement nommé Procure saber [cherche à savoir]se donnant comme objectif de barrer les biographies non-autorisées.

Le mouvement a été déserté par le chanteur Roberto Carlos, figure éminente du MPB.

Le paradoxe est flagrant surtout pour ceux parmis vous qui s’y connaissent un peu en philosophie. On se souvient du célèbre texte du philosophe allemand Emmanuel Kant, Was ist Aufklärung?  [Qu’est-ce que les lumières?], il y planta les bases des Lumières en Europe avec comme dévise le fameux “Sapere Aude!”… “Ose savoir!”.

Le rapprochement est vite établi entre le Sapere Aude et ce très douteux Procure Saber… Ces “têtes pensantes de la culture brésilienne” nous demanderaient donc de faire l’effort de “chercher la vérité” alors qu’ils censureraient tout texte qui ne serait pas autorisé par eux? Le raisonnement est absurde. Le aufklärung kantien prodiguait pourtant l’autonomie de la pensée, l’émancipation face aux maîtres penseurs, et voilà ce beau slogan détourné par les “têtes pensantes de la culture brésilienne”.

Le fait est encore plus grave d’autant plus qu’ils furent tous victimes de la censure des militaires.

Mais avant de trop accabler ces pauvres “têtes pensantes de la culture brésilienne”, n’oublions pas que la polémique existe sous d’autres cieux… en France, par exemple où la première dame Valérie Trierweiler a fait condamner “ses” biographes non-autorisés à une peine 10 000 euros; il y a aussi ce livre polémique sur le controversé Dalai-Lama.

Chacun se fera une opinion. Mais qu’on laisse donc le choix au lecteur d’en juger. Ne castrons pas la pensée! N’établissons pas la pensée unique comme norme! Ô comme cela est déjà difficle de penser autrement! on court le risque d’être taxé de conspirationniste ou de complotiste (de fou, sous d’autres cieux).

Et pourtant, elles peuvent être très intéressantes, ces biographies non-autorisées. Tenez par exemple, cette histoire (non-autorisée) inspirée des évangiles apocryphes et écrite par Patrick Banon qui relate la vie de Jesus. On y apprend par exemple que dès ses neuf ans, “Jesus avait déjà ressuscité un enfant, donné la vie à des oiseaux d’argile et maudit un olivier [allez savoir pourquoi…] qu’il avait desséché d’un geste”.

Ces mêmes évangiles apocryphes relatent que Judas (le traite) était le plus spirituels des apôtres et que Jesus avait avec lui des moments d’aparté (pour ne pas troubler les autres) pendant lesquels ils discutaient de l’avenir de l’humanité et bien plus… certaines histoires ne sont pas pour les faibles.

Voir ce que pensent d’autres stars à ce sujet, sur ce lien.

– J’ai en ma possession quelques évangiles apocryphes, pour ceux que cela intéresse, le faire savoir sur son commentaire.

Partagez cet article si vous l’avez aimé!

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.
Serge

Derniers articles parSerge (voir tous)

2 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *