Les chefs d’états sur Twitter, c’est pas crédible

https://twitter.com/BarackObama/status/369617115910647808/photo/1Le nouveau membre de la famille Obama - crédit photo: @BarackObama
https://twitter.com/BarackObama/status/369617115910647808/photo/1

Le nouveau membre de la famille Obama – crédit photo: @BarackObama

Des nombreux chefs d’états se sont mis aux réseaux sociaux, leur champion étant sans doute l’américain Barack Obama, précursseur de l’utilisation des nouveaux médias comme instrument d’optimisation électorale. Le nouvel arrivant du club des “présidents connectés” est l’iranien Hassan Rohani. Ce dernier avait annoncé sur Twitter l’appel téléphonique historique de son homologue américain.

Si les deux hommes politiques font la paix sur les réseaux sociaux, la présidente du Brésil, Dilma Rousseff, utilise le microblog pour critiquer les récentes révélations d’espionage d’entreprises brésiliennes par les canadiens. Coup de gueule via Twitter, c’est pas beau ça?

 

Edward Snowden tire leur sommeil aux gouvernements occidents, et au compte-goûte toujours, Glenn Greenwald nous abreuve d’informations via la chaîne de télévision Globo. On en redemande, pauvres addicts que nous sommes!

Ce qui m’impressionne dans tout ça c’est le comportement des médias qui traitent les informations publiées sur les comptes officiels des présidents comme des paroles dites effectivement par ces derniers. Plus besoin d’attaché de presse? Cette communication directe remodèle la communication politique basée sur la réflexion et le mûrissement des arguments, voir sur la retention d’informations.

Maintenant, il n’y a plus de pudeur. Les chefs d’états pestent sur les réseaux comme des citoyens normaux. Le président togolais adepte de Twitter inquiète même ses compatriotes… Je suis jeune mais je me souviens d’une époque où les présidents maintenaient une image assez protégée, basée sur l’idée que la parole du chef est rare. Tout cela jouait en faveur de l’amplification de leur autorité, de leur charisme; l’aura du chef résidait dans le fait d’un discours laconique et rare. Aujourd’hui la logique des réseaux surexpose les chefs d’états, banalise leurs paroles, les décrédiblise et pire, les expose à la contradiction.

Tout le monde sait que ce ne sont pas les chefs d’états eux-mêmes qui administrent leurs comptes Facebook ou Twitter, mais les médias continuent de rapporter leurs tweets comme des « positions officielles ». Une chose est intéresssante à noter, c’est que les erreurs [quand elles sont commises] nuisent considérablement à l’image du président, et rarement un bon usage des réseaux sociaux a un impact favorable sur le public. La preuve, on ne retient que les ratés. En clair, disons que si un président commet une gaffe sur son microblog cela aura sans doute une répercussion négative sur son image, mais chaque fois qu’il l’utilise au mieux sa cote ne remonte pas automatiquement dans les sondages.

Je note tout de même que l’exception à la règle c’est bien le couple Obama, qui n’utilise le réseau que pour transmettre une image positive, des videos familiales avec leur nouveau chien, plutôt light. c’est que le couple [Barack et Michelle] en soi est particulièrement intéressant et inédit, du fait même de leurs origines afro-américaines et tout ce que cela implique dans une société américaine historiquement raciste et ségrégationniste.

Il y a quelques semaines je m’interrogeais sur le fait que la diplomatie brésilienne semblait dangereusement être influencée par les médias, à la publication de toute nouvelle information sur le schéma d’espionage US, le gouvernement brésilien réagissait soit par une convocation d’un ambassadeur soit par une note officielle. Désormais, il faudra aussi surveiller Twitter.

Ce n’est pas que je sois vieux jeu ou conservateur, dépassé par la logique des réseaux… loin s’en faut. Je suis moi même pris dans cette spirale de connectivité [je prépare de fait un master sur les NTICs et l’empowerment en Afrique francophone], tout de même, il me semble que nos représentants devraient faire plus attention à l’utilisation intempestive des réseaux.

Ah oui, une chose me revient à l’instant. Savez-vous qu’elle personnalité mondiale est l’exemple parfait de comment il ne faut pas utiliser Twitter, surtout quand on appartient aux “sphères du pouvoir”? Jean Michel Aulas. C’est aussi parce que dans son cas, c’est vraiment lui qui tweete. Ceux qui ont suivit l’affaire Gomis savent de quoi je parle.

 

 

Si vous avez aimé cet article, partagez-le… sur Twitter!

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.

8 Commentaires

  1. Selon moi, tout propos écrit sur le profil officiel d’un chef d’Etat sur les réseaux sociaux équivaut à une déclaration, que l’on peut citer comme telle. Il est évident, comme tu le rappelles, qu’ils ne tweetent pas eux-mêmes, mais cela ne remet pas pour autant le fait qu’il s’agit bien des propos du chef d’Etat. Quand un chargé de communication envoie par mail un communiqué avec une citation, elle est bien reprise. On ne se demande pas si le chef d’Etat l’a bien dit… C’est le même mécanisme pour les réseaux sociaux.
    La problématique réside dans le choix des personnes alimentant ces profils. S’ils sont mal choisis, se comportent comme des amateurs et relayent mal la parole des leaders, à qui la faute ?
    Je suis d’accord avec toi pour les Obama. Du côté de l’Amérique latine, ils se débrouillent bien aussi, même si certains ont tendance a en faire un usage abusif…

  2. Les tweets ont remplacé les bons vieux communiqués de presse, qui ne sont pas plus l’oeuvre du représentant d’etat mais résumé cependant la pensée officielle.
    Les comptes les plus drôles sont bien sûr ceux qui sont gérés directement par l’auteur. Je suis presque nostalgique des patethiques tweets des ex ministres français alors en exercice; Eric Besson ou Nadine Morano.

  3. Tout est une question de choix de chargé de communication.. Voilà ce qui arrive quand l’affection prend le pas sur la compétence…. Des chômeurs, oups,.. des chercheurs d’emploi, ayant de gros diplômes en communication et des grandes aptitudes à communiquer et à convaincre, il y en a plein les unes ou deux pièces aux loyers difficilement payés….. Mais,.. bon, toi même tu sais….

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *