Scénario kafkaïen dans les locaux de la police

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Kafka_head.pngPhoto by Loquetudigas on Wikimedia Commons CC

Comment réagissez-vous face À une injustice? Comment réagissez-vous  face à une « autorité », ou un agent de l’ordre qui abuse se son pouvoir en plein exercice de ses fonctions?

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Kafka_head.png

Photo by Loquetudigas on Wikimedia Commons CC

Certains ont peur, j’en connais. D’autres dépriment, j’en ai vu aussi.

Ce qui est en jeu dans ce genre de situation, c’est tout le sens que nous donnons à l’Etat de droit. Bon, je vais vous raconter ma petite mésaventure dans les locaux de la police fédérale à João Pessoa. 

J’avais rendez-vous pour renouveler mes papiers, sachant que cela faisait trois ans que je ne recevais pas l’original de ma carte d’identité, pourtant je payais. Or, selon une disposition légale du ministère de la Justice, lorsqu’un certain délai est passé le requérant ne doit plus payer la prochaine carte d’identité (une sorte de dédommagement).

J’expliquais donc à un agent que selon la loi je ne devais pas payer pour avoir la documentation lorsqu’un autre agent intervient pour me faire comprendre que j’avais tort insinuant que je mentais. Le ton qu’elle employa fut d’autant plus irrespectueux, voir moqueur.

Faut pas me chercher bien longtemps. La suite à lire ci-dessous:

Moi : Je n’aime pas votre ton
Elle : Vous ne m’aimez pas?
Moi : non, pas vous. Je n’aime pas votre ton
Elle : Je n’ai pas besoin qu’on m’aime
Puis autre agent : Monsieur, je vous demande de vous calmer, vous êtes à la police fédérale.
Moi : Je sais que je suis à la police fédérale, mais je vous demande de me respecter.

Au Brésil quand vous entrez dans n’importe quel bureau de l’administration publique vous remarquez tout de suite une  mention placardée sur tous les murs: « l’insubordination à un fonctionnaire public est un crime passible de 6 mois à 2 ans de prison. » Ah bon ?

J’étais en plein dans un délire kafkaïen… Vous savez Le procès ?

Après cette malheureuse expérience, mon intérêt pour cette loi a augmenté. J’ai donc effectué une petite recherche sur le sujet. Et figurez-vous que cette loi est en passe d’être annulée, car il circule dans les couloirs du Congrès brésilien une proposition de loi qui y mettra fin.

http://www.jornalcidade.net/rioclaro/seguranca/seguranca/47932-Lei-do-desacato-a-servidor-publico-cria-conflito

La plaque reprend le texte de loi alors que la population attend d’être reçue par un fonctionnaire public.

Selon le député fédéral de l’Etat de Bahia, Edson Duarte (qui est à l’origine de la réforme) : « la typification de l’insubordination est arbitraire, il sert très souvent comme une raison d’intimider les citoyens au sein des établissements publics ».

Donc, vous vous doutez bien que certains fonctionnaires en profitent pour exercer toute sorte de dérive autoritaire, pour eux ce qui importe c’est la mention sur le mur. Heureusement, après vérification de toute ma documentation ils se sont rendu compte que j’avais raison et que la taxe ne s’appliquait pas à mon cas. Je n’ai donc pas payé et suis ressorti de là très fière de moi. Vous savez, c’est une question de « reconnaissance ». Même si certains fonctionnaires publics affirment que cette première loi constituait une protection contre les menaces de certains citoyens « puissants » dont ils sont les victimes.

Et vous, comment réagissez-vous dans une telle situation?

Be social, partagez cet article!

 

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.

6 Commentaires

  1. Le plus difficile dans ce genre de situation est d’arriver à garder son Self-Control.Tu connaissais tes droits que tu a fais valoir auprès des Autorités Fédérales.Je pense que tu as eu la bonne attitude,étant donné que le rapport de force n’est pas le meme.Toi au moins tu les a affronté comme un vrai Citoyen.Moi,je négocie toujours.Pas envie de me retrouver derrière les barreaux.

    1. Lol, tu as raison Rita. A momment je me suis dit « qu’est-ce que tu foues le con? » mais apres j’ai dit « bon je m’en fiche, qu’ils m’expulsent s’ils veulent ». Mais c’est régrétable parce que beaucoup ne connaissent pas leurs droits et ne savent pas le réclamer, poliment!

  2. En tout cas, quand tu es armé de tes droits, tu peux reagir poliment mais fermement.
    Des fois, ces hommes en tenue n’ont pas souvent la maitrise ni la connaissance de ces articles de la loi.
    J’aime les decontenancer quand je suis dans mon droit.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *