Un général brésilien en RDC n’est pas la solution

Le général Santos Cruz a commandé les forces onusiennes en Haïti
Le général Santos Cruz a commandé les forces onusiennes en Haïti. http://www.flickr.com/photos/un_photo/3332077564/

Le général Carlos Alberto Dos Santos Cruz a commandé les forces onusiennes en Haïti (Flickrs.com/CC)

Il m’a fallu un peu de recul avant d’aborder ce sujet important pour mon pays, la RDC, et qui paradoxalement n’a presque aucun intérêt concret pour le Brésil, mon pays d’acceuil. En effet, le secrétaire général de l’ONU vient de nommer un général brésilien à la tête des forces de maintient de la paix au Congo.

La nouvelle avait été annocée il y a un mois mais c’est cette semaine que la décision de Ban Ki-moon sera véritablement appliquée. Que doit-on attendre de cette nomination?

Je le dis tout de suite, et de façon assez sèche: “nommer un général brésilien à la tête des forces onusiennes en RDC est révélateur du manque d’intérêt des grandes puissances du monde, notamment en ce qui concerne la recherche de vraies solutions pour le conflit en RDC”.

Pourquoi cette première analyse? Pour deux raisons fondamentales. La première est historique dans la mesure où le Brésil est un pays qui a très peu d’expériences militaires; dans toute l’histoire de ce pays j’ai connaissance d’une et seulement une guerre contre le Paraguay à la fin du 19° siècle. D’ailleurs, ce fut une guerre dans laquelle le Brésil s’engageat aux côtés de l’Argentine et de l’Uruguay contre le Paraguay.

La deuxième raison est politique dans la mesure où on sait que le Brésil opte de préférence pour la diplomatie d’influence pour se faire valoir sur l’échiquier de la géopolitique internationale. Cela se fait à travers d’échanges économiques, culturels et de bourses d’études concédées aux étudiants de pays en développement. La guerre proprement dite n’est pas la spécialité du Brésil quoi que d’une certaine façon il soit habitué à une espèce de guerre urbaine dans les favelas de Rio, mais le contexte congolais est différent. Tout se joue dans les brousses et dans les forêts du bassin du fleuve congo.

La diplomatie d’influence dont je parle est celle-là même qui a fait que deux brésiliens dirigent actuellement la FAO et l’OMC. Personnellement, je préfère ce Brésil là.

Ensuite, j’ai des réserves quant à l’usage d’une certaine violence gratuite souvent d’usage dans les forces de l’ordre ici.

Enfin, il faut mentionner les barrières linguistiques puis culturelles qui seront un réel handicap dans le cas actuel. Il y a pour moi quelque chose d’assez incompréhensible dans cette nomination.

Et pour preuve, aujourd’hui les grandes chaînes de télévision n’ont accordé que 45 secondes de leurs journaux à cette information.

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.

4 Commentaires

  1. Pour comprendre si cette nomination a réellement de l’impact même ici au Brésil il faudrait lire des commentaires laisser par des brésiliens au site de Globo. On se moque de nous partout! Et on justifie la nomination du général dû a son travail abattu en Haiti mais les problèmes du Congo et de L’haiti sont totalement different même le général l’a reconnu.

    1. oui, tu as raison. Deux situations différentes, un pays sinistré avant et maintenant un pays en guerre. Quant aux médias, c’est incroyable, j’ai compté hier soir, 45 seconde du journal. La population brésilienne s’en fiche completement: ils ont une coupe du monde à réaliser avec tous ses problèmes

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *