Pourquoi ça marche en Afrique du Sud

Certes, l’Afrique du Sud est le maillon faible des Brics mais les progrès effectués depuis la 2008 lors de mon dernier passage à Tambo International sont remarquables.

1. Structure: si je devais comparer Tambo Int. à Guarulhos je dirai que l’aéroport sud africain gagne par le score fleuve de 50 – 1 face à son homologue brésilien. Un score de rugby n’est-ce pas? Note: 8,5/10

2. Langue: c’est sure que la Coupe du Monde en 2010 y est pour beaucoup. Un exemple, en 2008 les stewards ne parlaient que leur pauvre anglais, or aujourd’hui ils sont nombreux à bredouiller un portugais plutôt généreux. Note: 6,5/10.

3. Ponctualité: après ma salle expérience à João Pessoa où le vol a pris une heure de retard, j’étais inquiet quant à ma conncetion pour Dakar, mais ces sud africains font honneur à leur héritage britanique. Je suis arrivé à l’heure exacte qui figurait sur mon Boarding Pass. Note: 9/10.

4. Information: l’anglais est toujours la langue impériale sur les affiches mais au moins personne ne se perd, tout étant absolument clair et précis… mais quand même, ils sont malains ces sud af. , ils vous créent un ittinéraire en forme de zigzag – sans vous éloigner du trajet – pour vous faire passer obligatoirement par la centaines des Stores où l’on vend presque tout. L’expérience fait que je n’achete jamais rien dans un aéroport. A cause de ce labyrinthe j’ai mis 25 minutes pour arriver au Gate 14 pour Dakar. Note: 7,5/10.

IMG_0121

Peaux de zèbres dans un magasin sud-africain (Crédit Photo : Serge Katembera)

 5. Le bémol: alors là chapeau, on ne s’y trompe pas, nous sommes bien em Afrique. A peine je passe par le controle des bagages qu’une jeune femme me demander un souvenir ramené exprès du Brésil pour ses beaux yeux…. évidemment elle veut un peu de discrétion, donc je lui file mês écouteurs de South African Airways. Aux toilettes de Tambo Int. , la scène se répète. Je me demande dans un premier temps pourquoi le néttoyeurs reste dans les locaux pendant que les passagers se refont une beauté. À ma sortie j’ai eu ma reponse: il me demande quelques pièces, je lui donne 2 dolor et vite fait le sourire… Hervé Penot de l’Equipe avait bien raison en racontant sur son blog certaines pratiques en Afrique du Sud, à l’occasion il vouvrait la CAN 2013.

Ah oui, j’oubliais. Pour rendre hommage à Cristiano Ronaldo j’ai acheté un Nivea For Men et un liquide d’hygiène bucale, malheureusement j’ai été obligé de m’en défaire à Guarulhos (SP) avant d’embarquer pour Joanesbourg. J’auria dû écouter quelqu’un…

Moyenne: 8,7/10.

A bientôt pour la note de Dakar…

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.

5 Commentaires

  1. ahah Pour quoi n’as tu pas mis ce liquide dans ta valise car si tu met dans ton sac a dos ou bagage a main tu dois t’en defaire mais si ce sur ta valise qui va etre dispaché ça passe sans probleme. Oulala l’afrique du sud gagne une moyenne de 8,5? il le merite car son aeroport rempli tt les conditions!

  2. Ici je ne peux rien dire puisque tu vis au Brésil et que tu es passé par l’Afrique du Sud. Tu es mieux placé pour faire ces notes. Mais j’ai un souci est ce que tu as passé assez de temps là-bas pour pouvoir faire ces notes? Mais tu étais prévenu hein? De ne pas acheter les articles à l’aéroport. A Douala, les jus coûtent deux fois plus chers. Mais dit donc bienvenu à Dakar…kkkk

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *