Victoire de la droite en Argentine: nouveau cycle en Amérique Latine?

https://www.flickr.com/photos/mrebrasil/8418772643/sizes/z/

Cristina Kirchner et Dilma Rousseff lors d’une rencontre au Chili – crédit photo: ItamaratyGovBr | Flickr.com

Un nouveau cycle politique est-il en marche en Amérique Latine ? On peut dire que oui. La gauche est au pouvoir dans plusieurs pays importants de la région depuis plus de douze ans. Elle n’a pas pu empêcher une crise économique et une forte inflation de frapper de plein fouet les foyers. La bataille idéologique perdue par la gauche aux élections présidentielles de ce week-end (notamment sur les médias sociaux), on doit s’attendre effectivement à un grand changement des équilibres politiques dans la région. 

La gauche brésilienne est sonnée et accuse la victoire de Mauricio Macri aux élections présidentielles en Argentine comme un coup de massue.

Moi qui consacre mes recherches aux médias sociaux, il ne m’a pas échappé que la droite est mieux organisée (et de ce point de vue, elle obéit aux enseignements de Mosca et Pareto sur la « Théorie des élites »). Pour autant, ce qui m’étonne c’est l’absence de réaction ou d’initiative de la part de la gauche.

Toute bataille politique est avant tout idéologique, en accord avec Gramsci. Il serait mieux que les militants ainsi que les partis politiques de gauches investissent ce champ où sont menés les combats idéologiques les plus décisifs de notre époque, à savoir les médias sociaux.

L’alternance politique en démocratie

Dans une analyse datant d’Octobre 2014, je proposais déjà une grille de lecture de la conjoncture politique brésilienne que l’on peut aisément transposer à l’Argentine et aux autres pays qui ont effectué leur virage démocratique à gauche après les années de dictature militaire. J’avançais notamment l’idée qu’en toute démocratie, plusieurs années consécutives d’un même courant politique au pouvoir, produisent une certaine lassitude.

Lire l’analyse: Seize ans sans alternance politique au Brésil.

En science politique, cette lassitude renvoie aux perceptions des électeurs pour qui une telle situation transmet la fausse impression qu’il n’y a pas d’alternance. De plus, une certaine progression économique chez une population de classe moyenne fait qu’elle se désintéresse des questions politiques profondes. A cela s’ajoute les effets délétères d’une crise économique certes mondiale, mais dont les conséquences se font ressentir dans « le panier de la ménagère », les effets ne peuvent que provoquer le rejet du gouvernement en place.

https://en.wikipedia.org/wiki/Mauricio_Macri#/media/File:Mauricio_Macri_fue_recibido_por_el_Papa_Francisco_(9837004385).jpg

Le nouveau président argentin Mauricio Macri en compagnie du Pape François – Wikimedia Commons

La bataille idéologique sur les médias sociaux

Sans vouloir proposer une analyse des causes profondes de la radicalisation islamiste en France, je profiterai de l’actualité pour expliquer la bataille idéologique. Cela fait un moment que je le dis sur ce blog: les mouvements conservateurs se renforcent en Amérique Latine et rencontrent un terrain fertile sur les réseaux sociaux.

Au Brésil, il suffit de lire les commentaires sur les différents forums de sites d’information pour s’en rendre compte. La parole de droite s’est libérée. A vrai dire, c’est la parole de l’extrême droite qui s’émancipe. La parution, dans le journal La Nación, d’un éditorial au ton polémique dédouanant les tortionnaires du régime militaire, au lendemain même de l’élection de Macri est symptomatique.

 – Je travaille pour La Nación, mais je ne partage pas l’opinion de cet éditorial. Je ne suis pas le seul journaliste de LN dans ce cas. Voilà.

Preuve qu’un travail républicain doit encore être accompli dans nombre de ces pays où le dialogue démocratique devient de plus en plus difficile.

Lire sur le site du Monde-Diplo: Vers la fin du Kirchnérisme en Argentine?

Quelles relations avec le Brésil ?

On savait que Dilma Rousseff et son homologue argentine Cristina Kirchner étaient plutôt proches. Les liens historiques qu’entretiennent les partis de gauche en Amérique du Sud y sont pour beaucoup. Le projet commun du renforcement de la coopération régionale dans le cadre de l’Unasur a joué un rôle dans ce rapprochement. Pour autant, le silence qui a suivi l’élection de Macri du côté de Brasília inquiète. Aucun commentaire de félicitations publié sur le compte Twitter pourtant très actif de la présidente Rousseff, pas de communiqué non plus sur le site internet de la présidence du Brésil.

Il faudra voir comment la présidente Dilma Rousseff se récupère…

L'Unasur félicite le nouveau président élu en Argentine - capture d'écran.

L’Unasur félicite le nouveau président élu en Argentine – capture d’écran.

 

Actualisation du billet: Dilma Rousseff a téléphoné au nouveau président élu en Argentine Mauricio Macri. Les deux personnalités ont échangé pour un peu moins de dix minutes. Aucun message sur les réseaux sociaux.

Bonus:

Le président élu de l’Argentine Mauricio Macri est un personnage connu dans le milieu du football pour avoir été président du mythique club de Buenos Aires, Boca Juniors. Ci-dessous Macri s’exprime sur le dopage de Maradona.

______

Suivez-moi sur Twitter pour plus d’informations sur le Brésil et l’Amérique Latine: @sk_serge

 

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.
Serge

Derniers articles parSerge (voir tous)

9 Commentaires

  1. Pendant ce temps-là, en Afrique centrale, on modifie des constitutions, des ministres incapables sont en rotation à la place des limogeages… tout le monde veut être Mobutu où Omar Bongo… et on appelle cela changement! Bigre ! 🙁

  2. « Un nouveau cycle politique est-il en marche en Amérique Latine ? « OUI, et tout le monde n’en profitera pas…

    « Le patrimoine cumulé des 1% les plus riches du monde dépassera en 2016 celui des 99% restants, a affirmé l’organisation non-gouvernementale (ONG) Oxfam lundi 19 janvier à l’approche du forum économique mondial de Davos (Suisse), en appelant à « réécrire les règles » pour corriger ces inégalités « vertigineuses ».

    Etude à l’appui, l’organisation non-gouvernementale a informé que « la part du patrimoine mondial détenu par les 1% les plus riches était passée de 44% en 2009 à 48% en 2014, et dépasserait les 50 % en 2016 ».

    À ce niveau de richesse cumulé, il est facile de s’offrir les meilleurs outils de propagande et les meilleurs experts qui ne rêvent que de mettre un pied voire deux si possible dans le clan des 25 % des possédants, ce qui me pousse à croire que se bruit qui nous entoure n’est que de la prostitution sociologique ou corruption intellectuelle de la majeure partie de nos élites transcontinentale, et cette soi disantes « intelligences Brutes » ne modifiera rien aux problèmes. Elle a depuis bien longtemps choisi son camp et tout cela n’est que des jeux de dupes.

  3. « Un nouveau cycle politique est-il en marche en Amérique Latine ? « OUI, et tout le monde n’en profitera pas…

    « Le patrimoine cumulé des 1% les plus riches du monde dépassera en 2016 celui des 99% restants, a affirmé l’organisation non-gouvernementale (ONG) Oxfam lundi 19 janvier à l’approche du forum économique mondial de Davos (Suisse), en appelant à « réécrire les règles » pour corriger ces inégalités « vertigineuses ».

    Etude à l’appui, l’organisation non-gouvernementale a informé que « la part du patrimoine mondial détenu par les 1% les plus riches était passée de 44% en 2009 à 48% en 2014, et dépasserait les 50 % en 2016 ».

    À ce niveau de richesse cumulé, il est facile de s’offrir les meilleurs outils de propagande et les meilleurs experts qui ne rêvent que de mettre un pied voire deux si possible dans le clan des 25 % des possédants, ce qui me pousse à croire que se bruit qui nous entoure n’est que de la prostitution sociologique ou corruption intellectuelle de la majeure partie de nos élites transcontinentale, et cette soi disantes « intelligences Brutes » ne modifiera rien aux problèmes. Elle a depuis bien longtemps choisi son camp et tout cela n’est que des jeux de dupes…

    1. Pour l’Argentine, c’est un pas en arrière. Je ne cherche plus à savoir pourquoi les peuples* (je parle sous le contrôle de Yann Moix, bien sûr… 🙂 ) votent contre leurs intérêts.
      On verra quelle dynamique s’installe en Amérique du Sud avec l’arrivée du libéral Macri. Au Brésil, cette fin d’année , nous courons le risque d’une fermeture du gouvernement étant donné que le Parlement ne semble pas favorable à voter le nouveau budget pour 2016.
      Toutefois, on annonce une reprise économique pour 2016 , paradoxalement.

  4. (je parle sous le contrôle de Yann Moix, bien sûr… 🙂 )Bon, chacun son truc Serge, moi, je préfère Leila Lopes…
    Serge, tu te fiches de moi, les peuples votent sans avoir conscience que la personne sur laquelle leurs choix est dévolue est minutieusement sélection pour ne servir que les intérêts du petit nombre sur des échéances de courte durée, alors que la gestion d’un pays ne peut être viable pour le plus grand nombre qu’au travers de l’expression du temps très long ce qui est une logique radicalement contraire aux intérêts des transcontinentales et de la finance mondiale !

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE