Cinq raisons de regarder la Copa América au Chili

Neymar pendant la Coupe du monde 2014

Neymar pendant la Coupe du monde 2014

Ouf ! On y est ! La grande bataille américaine a commencé jeudi dernier à Santiago do Chile comme on aime le dire du côté de Rio. Michelle Bachelet est plus Merkel que Merkel, les argentins sont fidèles à eux-mêmes, ils envahissent votre pays pendant une compétition et à la fin du tournoi, ils pleurent tous comme des bébés; David  » la Tour Eiffel » Luiz est fidèle à ses stats: une bourde par match. Bref, bienvenidos en Chile !

L’Amérique du sud s’endort bien tard ces temps-ci avec cette Copa América pleine de passions et de rivalités: entre Messi et Tévez… entre Neymar et Messi… entre Cavani et le fantôme de Suarez. On se régale, on voit des grands joueurs totalement investis dans ce qu’ils font contrairement aux Bleus de Deschamps « la dèche ». Voici donc mes cinq raisons très subjectives de regarder cette Copa América qui est partie pour rentrer dans l’histoire.

Mais avant de poursuivre, voyez plutôt la sympathie de « mamie » Bachelet…

5. Les stats de David « la Tour »

Il est fidèle à lui-même, David Luiz, avec cette stat qui le poursuit depuis le début de sa carrière et qui lui a coûté sa place à Chelsea (on ne badine pas avec Mourinho…). Le brésilien du PSG nous gratifie systématiquement d’une bourde par match. La dernière en date face au Peru et ce but cadeau pour les coéquipiers de Paolo Guerreiro.

Heureusement pour lui, Neymar était là pour recoller les morceaux mais la presse brésilienne lui a dirigé quelques avertissements. On lui demande surtout d’être plus sérieux, ou plutôt de ne pas prendre trop au sérieux le slogan « Je suis Paris », ou « Je suis la tour »car on sait que deux petits ponts sont vites passés…

zoacao_na_web_david_luiz

4. Messi vs Tévez

On les dit réconciliés depuis un dîner à Milan alors que la pulga y rencontrait son nutritionniste personnel, mais le premier match de la selection argentine augure un sombre destin pour les hommes del « Tata Martino » , le tintin des entraineurs. Des changements douteux qui sentent la politique politiciennes plus que les nécessités tactiques qu’impose une rencontrer de ce niveau, le public qui scande le nom de Carlito « Apache fuerte » Tévez, et non pas celui de Messi. Bref, on demande à voir une équipe, et jusque là, on a surtout vu des individualités déconnectées les unes des autres.

3. Neymar, l’artiste

Neymar est-il déjà plus fort que Cristiano Ronaldo? En tous les cas, plus fort que Benzema, c’est une certitude. Mais passons. Parfois les mots ne suffisent pas pour exprimer certaines choses, donc allons-y en images et à la fin dites-moi si Neymar est déjà plus fort que Cristiano:

2. Une Copa América vraiment américaine

Elle déchaîne les passions, cette Copa. On se régale franchement malgé les problèmes d’organisation, comme ce double retard (15 minutes avant les deux mi-temps) lors du premier match, le manque de ralenti sur certaines actions (tiens, comme à la CAN…), et notamment pas de ligne jaune numérisée sur les hors-jeu. On sent bien que les organisateurs veulent à tout prix éviter les polémiques… mais on s’en moque franchement. Sans une dose d’improvisations, il serait impossible de parler d’Amérique Latine, n’est-ce pas?

Et puis, les couleurs. Oui, les colombiens sont bien là avec leur propre mur jaune, les « miss copa » aussi, ces belles muses qui volent la vedette aux stars du ballon rond grâce à d’autres types de rondeurs… si, si.

Et puis, il y a James Rodriguez. Comme on l’aime ce James. Non seulement il est beau, mais en plus sa patte gauche est absolument magique. Et aussi ce pauvre Cavani. Il mène son propre combat contre le fantôme de Luis Suarez. Pourvu qu’il trouve un jour le cadre…

1. Alexis Sanchez, la petite merveille

Les médias vous parlent de Messi et de Neymar, mais si vous aimez voir le football joué avec passion, rage et une belle palette de technique, suivez Sanchez, el niño maravilla… Alexis Sanchez respire le foot, aucun autre footballeur ne joue avec la même envie que le chilien d’Arsenal, il est tout simplement extraordinaire et injouable en un contre cinq…

(voir à partir de 3’48 »)

Et si vous n’aimez pas trop le foot, pas de problème, cette vidéo fera de vous un éternel fan d’Alexis:

Bonus:

– Parce que CR7 ne la joue pas

– Parce que Dilma Rousseff ne se fera pas huer

– Parce que sans les allemands, aucune chance de revoir un 7-1

– Parce que sans Karim Benzema et Prince Boateng, pas de tweets publiés par la chanteuse Rihanna.

_____

Suivez-moi sur Twitter pour plus d’histoires sur le Brésil: @sk_serge

 

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.

2 Commentaires

    1. Très bon lien… j’ai aussi été surpris d’apprendre que la Chine est devenu le premier partenaire économique de la Colombie. Le premier ministre chinois s’y étant même rendu.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *