Burkina Faso : une thérapie pour un coeur sensible

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Blaise_Compaor%C3%A9_2010_monochrome.jpgBlaise Compaoré, ancien président du Burkina Faso /Damien Halleux Radermecker / Wikimedia Commons
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Blaise_Compaor%C3%A9_2010_monochrome.jpg

Blaise Compaoré, ancien président du Burkina Faso /Damien Halleux Radermecker / Wikimedia Commons

« Le président du Burkina Faso ‘Blazé’ Compaoré a quitté son palais… ». La présentatrice du Journal de Globo News a eu du mal à prononcer le prénom de l’ex-président du Burkina Faso. Encore un pays africain qui se donne en spectacle aux yeux du monde. 

Je suis un si grand pessimiste qu’un des amis m’a dit aujourd’hui que je n’étais pas un patriote. Je ne discute plus face à ce genre d’argument, car j’ai bien compris qu’il ne peut y avoir une seule manière de vivre son patriotisme ou son nationalisme. Le mien passe par la critique. Sans concessions. Toujours prêt à reconnaître les avancées, s’il y en a.

Je ne m’attarderai pas sur les récents événements qui ont eu lieu au Burkina Faso. D’ailleurs, tout observateur prudent aurait dû s’apercevoir que la « Révolution » finirait en eau de boudin… un peuple qui se révolte, un président qui s’en va tel un voleur dans la nuit, des généraux qui revendiquent le pouvoir, des capitaines (ils sont de plus en plus ambitieux en Afrique), des lieutenants qui désobéissent aux ordres parce qu’il y a de la place pour les opportunistes… combien de fois a-t-on vu cela en Afrique?

En Egypte, en Libye, au Mali et j’en passe. Les révolutions africaines engendrent leur propre « Napoléon ». Marx l’avait bien écrit dans le 18 Brumaire de Bonaparte : « l’histoire se produit toujours deux fois. Une première fois comme tragédie, une seconde fois comme une farce ». Sachant cela, j’en ai tiré mes conclusions bien avant…

Le seul mystère pour moi, dans cette « révolution » du Burkina Faso, était de savoir qui serait le « Napoléon autoproclamé ». Qui serait le farceur? Pour le coup, il semble bien que deux noms se dégagent

En tous les cas, ces événements m’ont franchement dégoûté, attristé… et déprimé. J’ai évidemment pensé au Congo et à notre propre prince, Kabila. J’ai pensé à son projet de modifier la Constitution. Je l’imagine aujourd’hui, réuni avec son cabinet de gestion de crise pour anticiper d’éventuels troubles chez nous.

Et en même temps, je me suis rendu compte que sur les réseaux sociaux, autour de moi, le monde continuait d’avancer pendant que les Africains s’occupaient de la « révolution ». Ailleurs, il était question de glaçon artisanal, de Gracepoint, d’Ebola (n’oublions pas), de Gourcuff et d’une énième rechute, du coming-out de Tim Cook…

Oui, tout cela m’a déprimé. Cependant, je suis bien obligé d’accompagner la suite des événements. Ce billet de blog, je ne l’écris pas comme une analyse de la crise au « pays des hommes intègres », je l’écris comme une thérapie personnelle, une manière d’évacuer ce sentiment de déchirement qui s’empare de mon coeur. Là où beaucoup voient l’espoir, je ne n’y vois que la honte et la souffrance interminable des Africains.

 

P.S: j’ai appris qu’un groupe de chanteurs et artistes africains avaient interprété une chanson afin de mobiliser l’opinion face au virus d’Ebola. Il m’est donc venu à l’esprit qu’en Afrique, pour combattre les épidémies, il y a plus de chansons que de politiques publiques… si les choses n’ont pas beaucoup évolué depuis l’époque où j’y vivais encore, il y en a qui se font de l’argent derrière le dos du contribuable.

 

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.

5 Commentaires

  1. Je ne sais pas mais quelque chose me fait penser que cette population ne se laissera pas voler sa révolution. Serge, je pense sincèrement qu’il faut en finir avec ces satrapies peu importe l’image que cela donne de l’Afrique. Du courage hein!!!

  2. Bien dit Serge, tu verras que je ne rien publie sur ma page facebook sur cette dite Revolution. Parce je suis pessimiste comme toi en ce moment. Pleins d’amis au Congo et ailleurs m’ont ecris et certains même m’ont appeler sur Viber pour feter la revolution burkinabaise disant même que Sankara etait enfin pres de ses peuples mais j’ai tenu ce propos : Nous avons déjà connu ce scenario ailleurs, ne partons meme pas trop loin : Liberation au Congo aujourdhuit nous sommes où? La lybie,etc…Une revolution sans un guide sans un repere n’est pas une revolution. Triste pour ce soir…Et au Congo lambert Mende vient de dire Congolais n’est pas Burkinabe…

    1. L’exemple de la libération de l’AFDL est parfait. Je me souviens comment les gens étaient dans la rue . c’était du jamais vu. Et ensuite quand Kabila est devenu président les jeunes l’adoraient, les femmes étaient toutes amoureuses de lui… lol.
      Mais aujourd’hui que reste-t-il de tout cela ?

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *