Elections au Brésil: mode d’emploi

http://pt.wikipedia.org/wiki/Urna_eletr%C3%B4nica_brasileira#mediaviewer/File:Urna_eletr%C3%B4nica.jpegUne urne électronique - crédit photo: José Cruz - AgenciaBrasil / Wikimedia Commons / cc
http://pt.wikipedia.org/wiki/Urna_eletr%C3%B4nica_brasileira#mediaviewer/File:Urna_eletr%C3%B4nica.jpeg

Une urne électronique – crédit photo: José Cruz – AgenciaBrasil / Wikimedia Commons / cc

J’ai écrit hier que « la vérité pour Marina Silva se trouvait au fond des urnes ». Erreur ! Je devrais plutôt dire qu’elle se trouve… au bout des doigts des électeurs. Explication? Simplement parce que le vote au Brésil est totalement biométrique; et ce, à tous les niveaux. Personnellement, j’ai pu testé ce mode de votation lors de l’élection de notre recteur, à l’Université Fédérale de Paraíba. L’exercice est plaisant.

C’est presque bête de le dire en ces termes, mais le vote aujourd’hui ressemble à une banale action qui consiste à payer ses achats à l’aide d’une carte bancaire Visa ou Master…

Quels sont les avantages?

C’est là le rêve de plusieurs théoriciens de la démocratie qui se réalise grâce à l’introduction de la technologie. Avantages? Une plus grande inclusion d’électeurs, y compris les analphabètes (car il y en a encore, malheureusement) et les personnes âgées; un système beaucoup plus simple qui contraste avec l’énorme papier à peine pliable (20 pages) qui servait de bulletin de vote en RDC (2006)… il ressemblait plus à une édition papier du Monde. Ce n’est pas pratique du tout car on s’y perd. Mais, cela a évolué vers le vote biométrique [PDF] … Or ici, c’est assez simple:

transferir

L’inclusion est prise au sérieux…

Les personnes porteurs de handicap peuvent également voter grâce aux urnes comportant des inscriptions en braille et d’autres conditions adaptés aux personnes en chaises roulantes, aux amputés, etc.

Qui peut voter?

Tout le monde ! Et c’est obligatoire. Tout le monde, c’est à dire à partir de l’âge légal. Les personnes agées de 16 à 18 ans, les analphabètes ainsi que celles ayant plus de 70 ans ont le droit de ne pas voter s’elles le désirent. Pour elles, le vote est donc facultatif.

Le vote obligatoire au Brésil est un sujet polémique dans la mesure où ceux qui ne votent pas et ne le justifient pas dans les délais prescrits par la loi peuvent se voir rétirer certains droits fondamentaux pendant une période déterminée: ils ne peuvent donc plus demander un passeport, ils ne peuvent plus faire de concours pour la fonction publique, il devient même parfois compliqué d’ouvrir un compte bancaire. etc.

Cependant la justification peut aussi être troquée par le payement d’une amende de moins de 5 dollars.

Des critiques…? 

Plusieurs critiques du vote obligatoire affirment que cette règle dédouane les politiques de leurs responsablités dans la mesure où ils continuent de se présenter aux élections sans de véritables projets de changement en même temps qu’ils ne craignent pas de voir augmenter le taux d’abstention.

Le Tribunal Suprême Electoral (TSE), qui dirige, en pratique, le pays pendant le vote, a le droit de convoquer n’importe quel citoyen dans le cadre du recrutement du personnel qui fera partie de la logistique électorale. Ainsi, il n’est pas rare de voir une personne être obligée de voyager vers sa region natale afin de pouvoir surveiller le processus dans un bureau de vote. Là encore, le sujet fait débat.

Mais que voulez-vous, c’est cela l’Etat socialiste. On donne, on réçoit et on retribue…

Quelques curiosités…

Il existe aussi des lois très curieuses lors des élections au Brésil. Cela peut faire rire … ou peur… La police n’a par exemple pas le droit d’arrêter toute personne porteuse d’une carte d’électeur. Cette mesure sert à prévenir les indimidations de la part des forces de l’ordre.

C’est surtout une stratégie qui rappelle les dérives des militaires à l’époque de la dictature. Depuis, le législateur brésilien prend très au sérieux la question de la répression politique. Exceptés les délis extrêmement graves, la loi est assez tolérante un jour avant ainsi que le jour du vote. Vous êtes prevenus.

 

P.S: Je vais m’absenter pour cette période d’élections, certains commentaires prendront du temps pour être modérer. 🙂

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *