octobre, 2014

Burkina Faso : une thérapie pour un coeur sensible

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Blaise_Compaor%C3%A9_2010_monochrome.jpgBlaise Compaoré, ancien président du Burkina Faso /Damien Halleux Radermecker / Wikimedia Commons

Je suis un si grand pessimiste qu’un des amis m’a dit aujourd’hui que je n’étais pas un patriote. Je ne discute plus face à ce genre d’argument, car j’ai bien compris qu’il ne peut y avoir une seule manière de vivre son patriotisme ou son nationalisme. Le mien passe par la critique. Sans concessions.

Brésil: Seize ans sans alternance, elle est où la démocratie?

http://en.wikipedia.org/wiki/Politics_of_Brazil#mediaviewer/File:Congresso_brasileiro.jpgLe siège du congrès brésilien à Brasilia / Thiago Melo / Wikimedia Commons

  Le titre est évidemment provocateur, mais il interroge une dimension essentielle de la démocratie, c’est à dire celle de l’alternance au pouvoir. D’aucun se demande quelle est la valeur réelle de la démocratie brésilienne si l’on […]

Au Brésil, un «Vote critique» pour Dilma Rousseff

Dilma Roussef via Wikimedia Commons, CC

C’est une amie professeure d’université qui a bien résumé le sens de cette élection présidentielle brésilienne : « Mon vote pour Dilma Rousseff est un vote critique, mais convaincu » a-t-elle affirmé. Ce témoignage reflète une idée assez généralisée selon laquelle le mieux pour le Brésil est d’avancer avec les politiques sociales tout en réduisant la corruption. Mais c’est aussi un vote convaincu que la droite ne fera pas progresser le pays.

La Justice Electorale concède un droit de réponse à Dilma Rousseff

La "Une assassine" de Veja

La « Une assassine » de la revue Veja n’aura pas été sans conséquences. Hier, samedi 25 octobre 2014, la Justice Electorale brésilienne a concédé un droit de réponse au Parti des Travailleurs suite à la publication par […]

« Ils savaient tout », la Une assassine de Veja

https://www.flickr.com/photos/tcnbaggins/2325105328/data-lazy-sizes/z/La Une de Veja, "Il était temps". Puis, celle du journal de gauche Carta Capital, "Cuba sans Fidel" - Crédit photo: tcnbaggins / Flickr.com /

« Ils savaient tout! », cette phrase prononcée par André Malraux au moment où le Panthéon s’apprêtait à accueillir Jean Moulin fera la Une de la revue Veja ce week-end. Les historiens et tous ceux qui auront le coeur à raconter l’histoire du Brésil dans 50 ans devront le faire en lettres de sang, car en un soir d’octobre 2014, on tenta encore une fois d’assassiner la démocratie brésilienne.

Lula est partout

http://en.wikipedia.org/wiki/Dilma_Rousseff#mediaviewer/File:Dilma_Lula_Temer_Conven%C3%A7%C3%A3o_PT.jpgDilma Rousseff, Lula da Silva et le vice-président du Brésil Michel Temer (centre) / Valter Campanato/ABr/ Wikimedia Commons

A São Paulo où l’on élisait le gouverneur de l’Etat le plus riche d’Amérique latine, quand le candidat du PT, Alexandre Padilha, l’ancien ministre de la Santé responsable de la venue des médecins cubains a été humilié dans les urnes, Lula a prononcé ces mots : « Nous avons une dette morale envers le compagnon Alexandre. Nous n’avons pas assez travaillé pour lui ».

Marina Silva change sa politique… et son look

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Neca_Setubal_e_Marina_Silva.jpgMarina Silva et la milliardaire Neca Setubal / Cacá Meirelles/ Wikimedia Commons

  Marina Silva a-t-elle finalement compris pourquoi elle perd les élections présidentielles? Celle qui aime tant surfer sur son image d’amazone, de « femme de la forêt » par qui la synthèse ville-forêt arrivera sur Brasília,  s’incline finalement face […]