Con une fois, con pour toujours

https://www.flickr.com/photos/tavallai/4743210237/sizes/m/in/photostream/Une gay pride , crédit : Tavallai / Flickr
https://www.flickr.com/photos/tavallai/4743210237/sizes/m/in/photostream/

Une gay pride , crédit : Tavallai / Flickr

On commence avec une petite dévinette? Qu’est-ce qui est plus ridicule qu’un blanc raciste? Facile, un noir homophobe. Encore qu’un juif qui veut coloniser la Palestine, c’est pas mieux… mais ça, c’est une autre histoire. 

Franchement, il y a des jours où je me passerai bien d’écrire un « billet dur » mais il faut croire que les cons ne prennent pas de vacances, donc moi non plus. Vous savez ce qu’on dit, une connerie c’est comme la vérité… c’est têtue.

L’autre jour je suis sur Facebook et je tombe sur un post hallucinant d’une cousine qui disait à peu près ceci:

« homosexuels, lesbiennes et franc-maçons ouest-africains arrêtez de m’envoyer vos invitations sur Facebook, j’en ai marre finalement. »

Ok ! Là, je comprends que cette fois-ci j’aurai du boulot. Premier réflexe, j’écris à l’intéréssée et lui demande de modérer ses propos. Mais, comme j’ai dit, la connerie est têtue et je me retrouve emporté dans un torrent de commentaires homophobes et irrespectueux. Sur le coup, j’ai envie de dire: « vous les cathos, arrêtez de me parler sur Facebook », mais je pense alors que je risque de perdre 90 % de ma famille sur ce site.

Donc, je respire, je me calme et efface simplement mon commentaire du post pour ne plus en recevoir de feedback.

Mais vous croyez que je suis tiré d’affaire? Non ! Une minute après, un ami très proche, africain lui aussi, m’écrit « inbox »:

– tu as peur des homos? 

– Merde, non. Mais il faut modérer nos propos. 

Il poursuit:

– Si ton fils est homo que ferais-tu ? Moi, je réponds…

– Je m’en fous si mon fils est homo, c’est son cul, je ne vais pas le tuer, non? 

Mais lui: – « Moi je le tuerai, et je te tuerai aussi… « 

Chers lecteurs, normalement, c’est ici que vous souriez. Non? Eh bien, moi non plus.

Disons que cette petite histoire m’a fait pensé à beaucoup de choses en rapport avec les africains. L’autre jour je lisais que les étudiants de Science Po avaient lancé une campagne pour dénoncer le racisme ordinaire dont les africains étaient victimes. Oh, ils s’indignent, les pauvres. Mais ce que personne n’a dit, c’est qu’à coup sûr 95 % de ces personnes sont homophobes. À quand une campagne contre l’homophobie ordinaire des africains alors? Car c’est ça la réalité en Afrique.

Moi par exemple, pour « moins que ça », c’est à dire la longueur de mon nom, j’ai été plusieurs fois discriminé au Congo. Mon crime? Mon nom à cinq syllabes suggérait des origines rwandaises. Et au Congo, être rwandais c’est un peu comme être homosexuels. Vous voyez ce que je veux dire?

Chers lecteurs, là, c’est le moment où vous commencez à vomir. Quoi? Vous aussi?

Un jeune ami me disait il n’y a pas si longtemps que le racisme en Afrique c’était le tribalisme. Ce avec quoi je ne concordais pas exactement, mais c’est un débat théorique impossible à engager ici.

http://pt.wikipedia.org/wiki/Orgulho_gay#mediaviewer/Ficheiro:Rainbow_Flag_Gay_Pride_New_York_2008.jpg

Rainbow Flag Gay Pride New York 2008 @ wikimedia commons

Ce qui importe, c’est d’observer la contradiction de nos frères africains. Ils sont anti-racistes, homophobes et tribalistes. Bon, et accessoirement catholiques. Allô, Freud !

Au Brésil, un tel mélange donnerait une feijoada*.

Il y a deux ans, j’avais écrit sur ce même blog que « Les noirs en Afrique ne savent pas qu’ils sont noirs ». C’est tellement vrai qu’ils peuvent se permettre le luxe d’être homophobes.

Tout cela m’exaspère terriblement. Mais comme je l’ai dit, la connerie, tout comme la vérité, est têtue. Je serai donc prévoyant. Vous savez quoi? J’ai même le titre d’un troisième « billet dur » après le « retentissant » « Désolé, mais le noirs sont des cons » et celui-ci. Avez-vous deviné?

J’ai été tenté par un classique « Désolé, mais les noirs sont quand même des cons » comme l’a suggéré une amie, mais finalement, je suivrai la logique du syllogisme: « Jamais deux sans trois ».

Parce que je sais qu’un troisième con n’est jamais trop loin…

________

* Plat traditionnel brésilien à base essentiellement de haricot auquel on ajoute de la viande, du saucissons, du maïs, etc. Porte aussi une conotation péjorative pour désigner un mélange indigeste. 

P.S: Au lecteur ivoirien qui m’a abordé à l’espace Latrille, à Abidjan… tu vois bien que ce n’est pas de ma faute. 

Complément du billet: Merci à Ulrich pour ce lien qui aide à comprendre les contours de l’homosexualité dans l’histoire de l’Afrique. 

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.

23 Commentaires

  1. Je pense que le noir,quant je dis noir(africain,antillais,américain,afro-brésilien ect)dans sa nature intrinsèque est intolérant,n’a pas l’esprit ouvert et a de surcroit une incapacité à accepter l’autre dans sa différence(sexualité).L’homophobie qui n’est rien d’autre que le rejet de l’autre et un acte de discrimination contre les homosexuels dans notre société actuelle est condannable par les lois en vigueurs. Pour l’africain avoir un fils homosexuel est la pire des choses au monde.Mais si tu tues,ton fils tu vas en prison et ton fils continuera à etre homo quant meme en liberté. P.S.Bref con une fois,con deux fois,con trois fois,tu vas arriver jusqu’à combien lol.

    1. lol, je me demande aussi combien de billets durs il faudra…
      mais sur ce sujet, les africains déçoivent par leur incohérence et incapacité à se mettre à la place de l’autre…
      Là-bas, Mugabe est devenu un héros après ses propos outrageants contre B. Obama … no comment !

  2. Ces sujets qui fâchent. Tu es fort, tu braves la peur…

    Le noir n’est ni tribaliste, ni homophobe, ni con. Il est tout simplement philosophe. Il s’interroge, il analyse et s’exprime quant à ce. La liberté de pensée est une règle majeure de grandeur d’âme et d’épanouissement intellectuel. J’ai dit

  3. Serge: J’applaudis des deux mains ton billet, pour le fond et la forme (car je sais que tu emploies la généralisation à dessein, pour provoquer: bien joué).
    Et Chantal, malgré toute l’admiration que j’ai pour toi, je ne vois pas quel chemin tu empruntes pour relier homophobie et réflexion, voire philosophie !? La haine, le rejet de l’autre, en raison de son orientation sexuelle pourrait relever de la philosophie? Là, je ne te suis pas… La liberté de penser, dis-tu? Là, tu me fais peur! Un vilain petit homme à moustaches était libre de penser, en 1939, que les hommes d’une certaine religion étaient inférieurs et ne méritaient pas de vivre… Tu lis le billet de Serge, qui raconte qu’un type serait prêt à tuer son fils s’il le savait homo, et tu évoques « la liberté de penser »?!
    Dénoncer l’homophobie relève de l’humanisme. Merci Serge pour ton courage.

  4. Un article assez pertinent. Tu le qualifies de dur. Je pense que nous devons parfois être dur et violent si possible à travers notre plume. Peut-être que je me trompe, j’observe que tu fais une liaison entre « homophobie » en Afrique et « Catholicisme », ai-je bien compris?
    Maintenant, je pense qu’il est important de chercher à comprendre les raisons d’une « homophobie » de ce genre en Afrique. Est-ce par intolérance? C’est ce que les gens disent de plus en plus. Mais, pourquoi l’homosexualité qui a existé dans l’Afrique pré coloniale sous une forme initiatique est autant rejetée aujourd’hui par les Africains? Le font-ils par ignorance, par intolérance ou simplement parce qu’ils estiment que c’est « contre-nature »? En attendant de mener mes propres investigations à ce sujet, je dirai tout simplement que « personne n’a le droit de vie ou de mort sur un autre individu pour son orientation sexuelle ».

    1. Très intéressant commentaire ! Je suis intéressé à en savoir un peu plus sur l’hisoire de l’homosexualité en Afrique, même initiatique. Oui, il y a probablement une relation entre le catholicisme et l’homophobie. Remarque que les africains sont bien plus pratiquants que les occidentaux.

  5. Moi j’aborderai das le même sens que chantal faida en disant ceci: Le noir comme le disait l’autre est philosophe.Cela dépend du sens que vous donnez à sa philosophie. Serge contrairement à Ulrich je trouve ton billet dur mieux très dur quant à ce qui est la réalité des africains.Nous nous sommes pas français, ni américains, en un mot nous ne sommes pas des blancs et ça je crois tu l’aurais déjà remarqué. Pour dire, le noir pour faire plus précis, est celui qui est propre à des traditions, à une religion qui le définit et lui donne par la suite l’essence même de son existence. Dans ce contexte des pratiques telles que l’homosexualité ne peut être vue et acceptée comme c’est le cas en occident. Et lorsque tu affirme Serge que les noirs sont des  »cons » j’en suis sure que tu n’en fais pas partie parce que je crains qu’il y a de cela un bon moment que tu ne te sent plus comme tel. Autre chose, le noir n’est ni con , ni homophobe mais face à sa réalité différente de celle de la ville de Paris ou de Las Vegas, il a un honneur à défendre et un mode de vie à préserver…

    1. Cher Jeuneivoiromalien,
      tout d’abord, merci pour le temps que tu prends à écrire ce commentaire.
      Mais je dois dire que je ne suis pas du tout d’accord avec tes opinions dans lesquelles je détecte , en passant, plusieurs inconsistances:
      – d’où tiens-tu que le noir est philosophe? Et pourquoi pas les asiatiques?
      – De quelle religion parles-tu? du catholicisme, du protestantisme (lis Max Weber et tu veras que ces deux-là sont avant tout occidentales), Boudhisme, islam? Ce ne sont guère des réligions africaines que je sache… Le kimbanguisme congolais, oui ! Et d’autres…
      – comment cela, tradition? Lis le lien fourni par Ulrich, tu comprendras que l’homosexualité a existé avant la période coloniale et étaient meme quelque chose d’encourageant, voire initiatique… A la limite, être homophobe c’est être colonisé, puisqu’on s’aligne basiquement sur la position extremiste des religions monotéistes d’occident.
      – Quant à savoir si je me sens africain, européen ou brésilien… c’est personnel. Mais, pour info, je suis un homme de frontières, j’aime le Congo, la France, Le Brésil, le Cameroun (patrie de ma bien-aimée) , la Côte d’Ivoire (dont je suis un ambassadeur… ), et j’en passe…
      Donc, pas de jugement a priori …
      – L’honneur était la règle dans l’ancien régime, voire dans les sociétés pré-modernes. En démocratie, ce concept ne gouverne plus nos choix ni nos jugements

      Au plaisir… 😉

  6. Je pensais à un billet vraiment dur, mais je le trouve assez gentil. Je crois que l’homophobie n’est pas qu’une histoire de noirs, tout comme le racisme n’est pas qu’une histoire de blancs. Ce sont des histoires d’hommes et la haine peut grandir dans n’importe quel coeur.

    1. Je vois ce que tu veux dire Nath, mais une histoire d’homme peut vite devenir culturelle.. c’est comme le machisme aussi. Et donc, à moment donné, l’homophobie devient culturelle en Afrique.
      Et pour le combattre , il faudra le considérer comme tel

  7. Tu n’as pas tort. En fait, je n’ai pas voulu être très longue. Pour mieux comprendre sa prépondérance dans un milieu donné, il faut étudier les différents facteurs qui peuvent influencer… dont les facteurs culturels, religieux… et c’est là tu peux faire une étude poussée pour mieux comprendre le phénomène. Dans le cas africain, des études anthropologique. pourraient aider.
    Mais je tiens à préciser que je fais une différence entre la haine, le crime et l’intolérance portés contre les homosexuels d’une part et accepter l’éventualité d’un mariage pour tous ou d’adoption pour tous, d’autre part. Je veux dire que ce n’est pas parce qu’une personne ne vote pas en faveur du mariage pour tous qu’il est forcément homophobe. Et aussi personne n’a le droit d’être persécuté à cause de son orientation sexuelle. Et enfin, depuis 94, la psychiatrie ne classe plus l’homosexualité comme maladie. Maintenant, les neurosciences disent découvrir des possibles prédispositions de nature neurologiques… Le futur apportera d’autres développements.

  8. C’est hier que j’ai appris que au Congo nous avons aucune loi de peine de mort pour les homosexuelles avant qu’on cree une loi il doit se creer une grande association de lutte contre l’homophobie en Afrique et précisement au Congo. Nous noirs sommes beaucoup plus racistes que des blancs. Nous avons une differente forme de discrimination: elle peut etre raciale, ethnique, orientation sexuelle et même religieuse. J’ai du passé pleins des discussion sur ce sujet avec des africains mais j’ai senti qu’ils allaient me lapider. Et certains disaient même qu’en Afrique ils n’existaient d’homosexualité. Notre grand probleme c’est lier l’homosexualité à la religions mais bon sens ma foi la sodomie est un peché à chacun ses désirs. Qui sommes nous pour juger ou interdire les autres a s’ aimer? J’ai du lire Freud et Lacan sur la notion de l ‘ homosexualité alors moi je ne vais jamais leur considerer comme des etranges personnes car ils sont beaucoup plus humains que nous.

  9. Bonsoir!
    La force du verbe suggère de le manier avec dextérité. On est pas un esprit éveillé juste du moment ou l’on note une incohérence logique dans le raisonnement d’autrui! C’est par des manoeuvres indélicates de ce genre qu’un groupe ‘x’ pense, en règle générale, être plus évolué qu’un groupe ‘y’ dans un monde où la diversité est ‘non étonnement palpable! Commençons par une espèce qui semble inoffensive:
    >>Les végétaux…
    S’est-on demandé comment/pourquoi des plantes comme la cuscute, les monotropes ou les orobanches en parasitaient d’autres? est-ce parce qu’ils sont plus…
    >>Dans le règne animal, les choses sont beaucoup plus visibles.
    C’est pas parce qu’on est végétarien qu’on adore se faire piquer par des moustiques ou cohabiter avec des cafards! étendons le discours; c’est pas parce que l’on ne peux voir les yeux, entendre les cris de détresse ou voir la souffrance d’un fruit ; qu’il est forcément content de se faire déguster! Jusqu’à quel point la raison est-elle de notre coté?
    Est ce tant une ouverture d’esprit de clamer haut et fort sa supériorité? Ne peut-on pas être privé de tolérance et être meilleur que la plupart des gens? La prise de position claire et stricte peut s’avérer être un outil plutôt qu’une menace dans la mesure où elle évite à distance des rapports houleux! N’est ce pas dans la tolérance que nait l’hypocrisie?
    Si les avis sont faits, c’est pour être partagés!

    1. Justement, je ne suis pas pour la tolérance, je suis pour le respect mutuel. Si vous utilisez la métaphore pour m’envoyer un message subliminal, j’use aussi de « ma supériorité » pour atteindre certains groupes « y »…
      😉

  10. Salut…,
    Je ne savais pas, quant à moi, que le Christianisme était une religion occidentale. Je l’apprends ici. J’ai certainement dû mal lire l’histoire et ce qu’elle enseigne.

    « A la limite, être homophobe c’est être colonisé, puisqu’on s’aligne basiquement sur la position extremiste des religions monotéistes d’occident ». ==> Quel vulgaire sophisme ! C’est à en tomber par dessous le sol. Qui vous a appris que les religions monothéistes sont de l’Occident ? A moins que vous-même vous ne soyez un Noir colonisé qui ne lit l’histoire que par les impérialistes, celle que ceux-ci ont écrit. Sachez, avant tout, que le Christianisme est une religion africaine : il faut réviser l’histoire, la véritable. Ainsi, un Africain, un Noir, qui veut repousser l’homosexualité au nom du Christianisme en a la parfaite légitimité, contrairement aux « arguments » farfelues et infondés que vous avancez avec une assurance aveuglante.

    Le billet lui-même s’ouvre en véritable catastrophe : « Qu’est-ce qui est plus ridicule qu’un blanc raciste? Facile, un noir homophobe… » ! Un Noir homophobe serait donc davantage ridicule qu’un Blanc raciste ? On se demande bien d’où peut bien provenir un tel raisonnement qui est vraiment bancal. Se lancer dans des affirmations aussi saugrenues, sans avoir défini ce qu’on entend par , ni ce qu’on entend par , accuse déjà d’une superficialité d’analyse (si, dans ce cas on peut parler d’analyse). Dans <> il y a « Homo » = 1° soit du latin ‘homo’ (homme) ; 2° soit du grec ‘ὁμός’ (qui signifie : pareil, semblable) + phobie (du grec, ‘phobos’). Donc, littéralement, <> = crainte, peur irrationnelle de l’homme ; crainte, peur irrationnelle du semblable !!! Techniquement donc, un Noir est celui qui a peur de ses semblables, qui craint ses semblables (des Noirs donc ?) ; sans oublier que la phobie relève souvent de cas psychiatriques ! Eh bien dis-donc ! Ainsi, ce n’est pas être contre l’homosexualité ou je ne sais quoi d’autre, mais plutôt être peur de l’homme, de ses semblables : c’est bien cela ? Le ridicule ne tue dit-on.
    Donc, avant de balayer les Noirs, comme vous le faites sur votre espace pour signifier votre mécontentement , traitant les Autres de ‘ridicule’, ‘con’ etc.; analysez au moins les mots que l’Occident vous fait ingurgiter ! Rien de pire qu’un Noir qui ploie sous le joug de la colonisation mentale, et ici précisément celle de la manipulation des mots, sans s’en rendre compte, mais qui, se croyant envoyé tel un prophète, veut faire la leçon aux Siens.

    Enfin, si vous doutez sur le fait qu’ils vous manipulent le cerveau, ouvrez un dictionnaire, et demandez-vous pourquoi, dans le dictionnaire, n’existent pas les mots tels que , … Posez-vous simplement la question ; sur ce, bonne continuation…

    1. Excusez-moi d’avoir pris du temps pour approuver votre commentaire. Je ne suis pas dans ma résidence pour au moins deux semaines. Donc, internet réduit.
      Vous avez une opinion que vous defendez , c’est votre droit, mais pour moi c’est absolument inacceptable qu’un noir puisse être homophobe quand lui-même se plaint du racisme dont il est victime.

      « Un Noir homophobe serait donc davantage ridicule qu’un Blanc raciste ? On se demande bien d’où peut bien provenir un tel raisonnement qui est vraiment bancal. » , oui, je le pense vraiment. Et j’éprouve même un certain écoeurement par rapport à ces gens-là.

      Bien à vous!

  11. Bonjour,
    Je constate que le commentaire que j’avais posté hier « n’est pas passé ». Je vais donc le remettre avec plus de rigueur. En espérant cette fois-ci que le commentaire « passera ».
    Je ne sais avec quelle audace, sur un blog, parce qu’on se dit diplômé, de traiter les autres de « con », et autres sobriquets de la même envergure. Je m’arrête sur les premiers mots de votre billet ; lorsque vous écrivez : « On commence avec une petite dévinette? Qu’est-ce qui est plus ridicule qu’un blanc raciste? Facile, un noir homophobe. Encore qu’un juif qui veut coloniser la Palestine, c’est pas mieux… mais ça, c’est une autre histoire ».
    Les présupposés sont absurdes. Pourquoi forcément un « blanc raciste » ? il y a également des noirs racistes… et des blancs homophobes, votre implication est la suivante : un noir ne peut être homophobe car il a été victime du racisme ? C’est bien cela, votre raisonnement ? Quel sophisme donc. De même, on pourrait dire la même chose des blancs qui, souvent les femmes, ont été réduits en esclavage par les arabes, et, de part cette discrimination, ne devraient-ils pas être « homophobe » ?
    Arrêtons-nous sur ce que vous appelez « homophobe », sans oublier que vous traitez les autres noirs de « colonisés ». Nous allons voir qui est celui qui est sous l’aliénation mentale et de la falsification des mots et de leurs sens. « Homophobe » est un mot formé de « homo » et « phobe ». Concernant « homo », deux sens sont à discerner 1° « homo », du latin = homme ; 2° « ὁμός », du grec = semblable. Concernant le mot « phobie », celui-ci signifie la crainte ou la peur irrationnelle. Donc, et techniquement et originellement, « homophobie » signifie : crainte et peur irrationnelle soit 1° de l’homme, soit 2° de son semblable ! En somme ce mot est un non-sens total ! Et enfin donc, lorsque vous parlez de « noir homophobe », le véritable sens serait plutôt : noir qui a la crainte et la peur (irrationnelle) des autres noirs : c’est en avoir des vertiges tout cela. En conclusion donc, un véritable champ de bataille, une confusion totale, votre début de billet. Lorsqu’on voit ce désordre avec lequel vous commencez votre article, on n’a aucune envie de lire la suite – qui est tout autant catastrophique ! Apprenez donc plutôt le sens des mots que les imposteurs qui vous dirigent veulent vous faire adopter, sans esprit critique, et que vous utilisez sans guillemets. Je vous renvoie encore dans le dictionnaire, demandez-vous pourquoi les mots tels « hétérophobie », « négrophobie » sont absents du dictionnaire ? Alors que le mot « homophobie » lui, existe ? La réponse est simple, il ne s’agit là que d’une manière de placer les homosexuels sous l’égide de la victimisation, rien d’autre. Vous acceptez donc d’user des mots qui ne font aucun sens : et vous vous en plaisez bien. Ironie des ironies : les autres sont vus traités de « cons »…
    Ensuite, un autre sophisme digne de ce nom ! Vous dites en effet : « Ce qui importe, c’est d’observer la contradiction de nos frères africains. Ils sont anti-racistes, homophobes et tribalistes. Bon, et accessoirement catholiques. Allô, Freud ! »
    Où se situe exactement la contradiction ? Je n’en vois pas. Cela fait toujours plaisir de lire de telles contre-vérités sur des blogs. Vous saurez, monsieur que le Christianisme adopté par les Africains n’est pas une religion occidentale. Cela c’est la version que les colons vous ont racontée et que vous relayez sans avoir étudié les faits. Vous acceptez donc les mensonges des racistes impérialistes… Parce que, voyez-vous, je vais peut-être vous surprendre, mais le Christianisme existe en Afrique, précisément en Ethiopie bien avant que les Européens ne l’adoptent. Ceux-ci l’ont même longtemps combattu jusqu’au IVe siècle, alors que le nègre d’Ethiopie croyait déjà en Dieu trinitaire, Père-Fils et Esprit. Une des plus anciennes églises du monde est d’ailleurs éthiopiennes, l’église sainte Marie de Sion d’Axoum, en Ethiopie (https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7f/Church_Our_Lady_Mary_Zion_Axum_Ethio.jpg). Et l’épopée des noirs elle-même, d’après les Ethiopiens, remonte à Salomon dans la Bible et à la Reine de Saba ! Apprenez votre histoire, pas celle que les colons vous racontent et que vous reprenez sans esprit critique, vous plongeant dans une aliénation mentale hallucinante… Etrangement vous parlez de christianisme comme religion d’Occident… Un article aux élans d’amateurisme sans appel !
    J’espère que cette fois-ci, le commentaire passera.
    Bonne journée.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *