“ La vie d’Adèle ” est arrivée au Brésil

La_Vie_d'Adèle_(movie_poster)

Abdellatif Kechiche a causé une très belle impression auprès des critiques brésiliens, on salue le courage du réalisateur de cette oeuvre monumentale (de presque 3 heures) qui montre sur grand écran une relation amoureuse entre deux jeunes femmes d’une manière jamais vue au cinéma. Je vous ici dis comment j’ai ressenti ce film. 

Pour ma part, il s’agit de mon premier vrai contact avec un film de Kechiche. J’ai lu des dizaines de critiques dans la presse française, entre l’admiration post-Festival de Cannes suivie par la polémique aux Inrocks ou sur la Rue, la réplique du journal Le Monde, la réception aux Etats-Unis, comment échapper à cet abattage médiatique?

Et du coup, c’est d’abord par curiosité que l’on va voir La Vie d’Adèle []. L’impact est immédiat. Il y a quelque chose chez Adèle de très attachant, sa petite bouche d’adolescente, peut-être… Elle crève l’écran par son incroyable beauté, il faut l’avouer, même si par moments, on a envie de vomir à force de la voir pleurer…

Je ne me souviens pas d’avoir lu dans les critiques un parallèle entre la première scène du film où les lycéens débattent au sujet du livre La Vie de Marianne, de Marivaux et la dernière scène du film quand Adèle, par un malheureux coup du destin, laisse s’échapper une autre belle histoire qui semblait pourtant toute tracée… Il s’agit pourtant d’un élément essentiel du film qui en dit long sur l’indétermination du choix de nos partenaires, que ce soit dans une relation hétéro ou homo. La boucle est bouclée !

Et c’est là que l’on voit que le réalisateur n’a rien laissé au hasard, Kechiche maîtrise son sujet du début à la fin.

Au Brésil, le film est passé dans les cinéma de Rio de Janeiro notamment. Si la communauté gay l’a plutôt bien reçu, certains ont été choqués par les scènes de sexe explicites :  » Si cela les gêne qu’ils n’aillent pas le voir ! « , répondent les admirateurs de Kechiche.

Bref, La Vie d’Adèle est un film mémorable, un marqueur dans l’histoire du cinéma français et du cinéma basé « sur les relations de genre », la construction d’une identité sexuelle. Le spectateur n’en sortira pas indifférent.

A la fin, on se dit que le film mérite bien tous les prix récoltés jusqu’à présent.

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.

7 Commentaires

  1. C’est un Film très déroutant que nous propose là.Les Relations de Genre est un sujet tellement complexe à décrypter au Cinéma sur Grand Ecran.Les Deux Héroïnes du scénario jouent leurs roles de manière convainquantes.On peut saluer leurs interprétations meme si le Film peut raviver les tensions entre les hétéros et les homos toujours divisés sur cette question de l’identité sexuelle.

    1. Si le film provoque des tensions ce sera surtout à cause de l’intolérance de certains, parce que pour moi, aprÈs visionnage, j’ai un peu plus compris que l’homosexualité n’a rien de différent de l’hétérosexualité. En gros, il est question de sentiment…

      1. Exactement ce que j’ai ressenti. Une histoire amoureuse entre deux personne dont le sexe ou le genre est à des années lumières. Et cette histoire ne tient qu’à un fil.
        Maintenant, je salue VRAIMENT la prestation des deux héroïnes. La réalité n’avait de virtuel que l’écran par lequel le film était diffusé.
        Châpeau

  2. Mais.tu nous as dit la fin!!!!!! Bel article il m’a donné la curiosité d’aller voir le film que j’avais boycotté car il faisait trop de bruit. Comme je te disais, je suis mitigée sur les films de Kechiche, je ne sais jamais quoi en penser! Mais si tu dois en voir un autre, je te conseil « l’esquive » que j’avais aimé lycéenne et que j’ai encore plus appréciée ensuite!

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *