The day after Mandela

http://www.flickr.com/photos/32737303@N02/11237097926/sizes/m/in/photostream/Nelson Mandela - Crédit photo: Debris2008 on Flickr.com
http://www.flickr.com/photos/32737303@N02/11237097926/sizes/m/in/photostream/

Nelson Mandela – Crédit photo: Debris2008 on Flickr.com

Les sud-africains ont rendu un dernier hommage à leur leader national Nelson Mandela, décédé le 05 novembre dernier. Cette cérémonie a été suivie en direct via internet notamment. Mais au-délà de cet aspect événementiel il convient de se poser des questions sur l’avenir de ce pays vers lequel tous les regards sont désormais tournés.

Car l’Afrique du Sud porte une lourde responsabilité aux yeux du monde. Aucun faux pas ne lui sera pardonné dorénavant. On se souvient encore l’émotion et de la stupéfaction qui ont suivis le massacre des mineurs à Marikana du vivant même de Nelson Mandela.

Aujourd’hui les sud-africains célèbrent la mémoire d’un grand homme, toutefois le pays doit faire face à plusieurs conflits sociaux comme, par exemple, à la présence relativement importante des immigrés subsahariens, affirme mon cousin sur place: « pour les sud-africains c’est une fête. Pour les étrangers, c’est un peu différent. Ils sont un peu sceptiques et se demandent ce qui viendra après Mandela? On craint encore plus la xénophobie mais jusque là tout est calme… il y a pas de tensions ».

Même s’ils ont désormais leurs libertés politiques garanties par la démocratie, les noirs en Afrique du Sud ont difficilement accès à l’éducation, c’est pourquoi le gouvernement fait appel à l’élite africaine (subsaharienne notamment) pour répondre aux besoins de développement du pays. Evidemment, cela provoque des tensions palpables. Mais les populations pauvres du continent immigrent eux aussi vers ce pays qui représente tout de même l’essor du continent.

Il pleut sur Soweto, un signe aussi que le ciel n’est pas resté indifférent à la souffrance d’un peuple: « Les funérailles ont commencé aujourd’hui au stade Soccer City (FNB Stadium) sous une forte pluie mais cela n’as pas empêché les sud-africains d’aller nombreux rendre un dernier hommage à celui qu’ils appellent affectueusement Tata Madiba, father of the nation ».

Une centaine de Chefs d’Etats y étaient présents comme le témoigne mon cousin qui vit en Afrique du Sud: « Il y a plus de 145 présidents et chefs de gouvernement venus du monde entier… Obama vient de faire son speech ». Dilma Rousseff, présidente du Brésil a également fait le déplacement profitant de l’opportunité pour rappeler les liens étroits entre le Brésil et le continent africain: « Tout comme les sud-africains pleurent par leurs chants, nous qui portons orgueilleusement le sang africain dans nos veines prions et célébrons l’exemple de ce grand leader qui appartient au panthéon de l’humanité« . (Images).

Obama serre la main à Raúl Castro au Soccer City

Obama serre la main à Raúl Castro au Soccer City

On n’ignore encore quel sera l’avenir de ce merveilleux pays qu’est l’Afrique du Sud, mais la mort de Nelson Mandela inspire déjà de grands gestes: cette après-midi au Soccer City, Obama et Raúl Castro se sont salués en respect au message universel de Madida, le pardon.

Pour allez plus loin:

Poignée de main historique entre Obama et Raúl Castro.

Jacob Zuma conspué au Soccer City Stadium.

En images, les funérailles de Nelson Mandela.

Les divisions au sein de l’ANC.

Les médias américains ont trÈs peu relayé le geste historique entre Obama et Castro, rien sur le site du New York Times:

000

alors que le Washington Post se contente d’une titre sans photo:

ooo

 

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.
Serge

Derniers articles parSerge (voir tous)

6 Commentaires

  1. Decede le 05 Decembre. 🙂
    L’on ne se debarasse pas de pres de 50 ans de segregation raciale comme l’Apartheid et ses consequences sur la vie d’un pays en 2 decennies. Si l’Afrique du Sud n’a pas ete l’enfer pour les Afrikaners c’est juste parce que Madiba etait un illumine exceptionnel et il n’a pas failli a la substance de son message « During my lifetime I have dedicated my life to this struggle of the African people. I have fought against white domination, and I have fought against black domination. I have cherished the ideal of a democratic and free society in which all persons will live together in harmony and with equal opportunities. It is an ideal for which I hope to live for and to see realised. But, My Lord, if it needs be, it is an ideal for which I am prepared to die. » J’esperes que les politiciens de cette nation ne feront pas de la couleur de la peau leur fonds de commerce.
    Merci pour le billet.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *