Brésil: amoureux à 80 ans et on en meurt de jalousie?

http://www.flickr.com/photos/stef_dit_patoc/3551073255/sizes/m/in/photostream/ Couple de vieux, crédit photo: stef_dit_patoc / Flickr.com
http://www.flickr.com/photos/stef_dit_patoc/3551073255/sizes/m/in/photostream/

Couple de vieux, crédit photo: stef_dit_patoc / Flickr.com

La télénovela Amor à vida explore une nouvelle sphère des sujets tabous. Après “l’homosexualité dans toutes ses formes”, voilà que l’amour au troisième âges’invite dans nos salons. Ils ont plus de 75 ans, sont super amoureux, font l’amour comme à 20 ans et nous, on en crève de jalousie. Mais le pas de l’hétérosexualité n’est pas encore franchi dans ce cas précis

Toujours dans la foulée des transformations sociales apportées par le capitalisme globalisé, de nouvelles tendances sociologiques apparaissent, parmi elles, la question de la viellesse remise au coeur de la problématique de l’intégration sociale, c’est-à-dire, que faire de ces personnes qui ne produisent plus, mais qui gagnent tout de même une retraite acceptable? Comment les insérer dans un système social qui ne tolère pas l’inactivité?

C’est à mon sens le noeud de la question, car l’idéologie capitaliste se doit avant d’intégrer les personnes âgées dans le système de consommation mondial, de les réintégrer dans l’acceptation de l’imaginaire collective. Il faut avant cela reconstruire la compréhension de la vieillesse dans nos société. C’est donc dans les médias que ce travail se fera.

Au Brésil, ce travail incombe aux télénovelas, qui depuis toujours sont à la charge de la construction de nouvelles tendances sociologiques, et il faut le dire, orientée vers la lifestyle des classes dominantes.

Cartola et Dona Zica, poster de l'album “O Mundo é um Moinho”

Cartola et Dona Zica, poster de l’album “O Mundo é um Moinho”

Disons-le, la télénovela vend volontier l’image de ces couples du troisième âge qui s’aiment, font l’amour, s’en vantent à tout-va, mais cela reste dans un cercle elitisé. On n’a pas encore vu un couple de vieux pauvres représenter l’amour à 80 ans.

Je ne crois jamais en la bonne foi de l’industrie culturelle; les travaux d’Adorno, Horkheimer et Walter Benjamin nous expliquent depuis plus de cinquante ans qu’un tel bénévolat est un conte pour enfant.

Certe, l’intention du réalisateur d’Amor à vida est à son honneur. Il est temps pour nos sociétés de revoir, à la base, notre conception de la vieillesse qui se fonde dans l’exclusion et le mépris des personnes âgées, comme on peut le lire ici et .

Mais il ne faut non plus se leurrer. L’image véhiculée dans les télénovelas est encore tributaire des codes sociaux, de ses croyances hégémoniques… ce que l’on voit à ce stade, c’est le couple hétérosexuel et riche. Soit, une image loin d’être représentative de nos sociétés en pleine mutation. Il est vrai aussi que la série aborde la question des préjugés même au sein de ces élites de São Paulo et Rio de Janeiro, cependant, le copinage entre personnes âgées semble être accepté avec moins de résistance dans ces milieux là.

Intéressante idée à n’en pas douter, très innovante en effet, mais qui peine à franchir un palier, celui des sentiers battus, celui de l’homophobie et des préjugés de classes.

Et vous, que pensez-vous de l’amour à 80 ans?

Etes-vous jaloux de ces personnes qui trouvent encore au fond d’eux-mêmes ce sentiment qui s’évapore pourtant au fil du temps?

Partagez cet article si vous l’avez aimé!

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.

4 Commentaires

  1. C’est un sujet assez tabou d’aborder les thème de la Vieillesse et de l’Amour dans les TéléNovelas Brésiliens.Ces feuilletons qui vantent souvent la Beauté et la Jeunesse.C’est une Prise de risque très intéressante pour ces scénaristes qui ne manquent visiblement pas d’imagination pour attirer les téléspectateurs.A croire finalement que l’Amour résiste au Temps quelque soit l’age des individus.

    1. Oui il y a là sûrement une dimension esthétique, car l’amour a tout à voir avec la beauté, le beau. Je trouve que c’est intéressant que les novelas abordent cette thématique quoique je les trouvent encore un peu conservateurs sur des sujets qui concernent le racisme et les différences de classe. Ça m’aurait vraiment surpris si ce couple était noir par exemple, et pauvre!

  2. Bien loin d’être une réalité bien présente dans nos sociétés « Soit disant modernes et tolerantes » où la vieillesse est synonyme de « point final », où une personne du troisième âge n’a pas droit de « vivre ». Les novelas parfois exagèrent, mais tracent aussi le perfil d’un Brésil qui, même à pas de tortue, avance (la viellesse est bien valorisée) malgré certains faits tristes (non respect, injustices, etc.) contre les personnes agées. Moi, j’envie ces couples.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *