Orhan Pamuk, Neige

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Orhan_pamuk_u02_72_lg-edit.jpgOrhan Pamuk ( Wikimedia Commons CC)

Je voudrai faire un commentaire très personnel sur un roman que j’ai lu récemment. Le titre est neige! Son auteur est un turc, Orhan Pamuk.

Qu’est-ce que les gens recherchent dans un roman? Et comment lisent-ils ce roman? Je considère que certains romans sont des lettres personnelles que l’écrivain envoie à ses lecteurs. A une certaine époque les lettres étaient publiées sous la forme de romans. Mais tous les romans ne sont pas des «lettres». Pour cela, il faut une dimension personnelle. Par exemple, quand je lis Albert Camus – disons, La Peste – je ne peux m’empêcher de penser que l’auteur expose là ses idées sur la vie, la souffrance et sur Dieu … Je le ressens également quand je lis un roman de Dostoïevski. Chaque phrase, parfois celles prononcées par des personnages secondaires, est reçue comme un message direct de l’écrivain.

Crime et Châtiment me donne aussi ce sentiment. Gabriel Garcia Marquez est un autre écrivain-philosophe qui peut reproduire le fond de son âme sur un morceau de papier. Dans ma courte liste des romans monumentaux figurent aussi Le procès de Franz Kafka et Pour qui Sonne le Glas d’Ernest Hemingway. (suite…)

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.
Serge

Derniers articles parSerge (voir tous)

6 Commentaires

  1. Parfois dans la vie quand les choses ne vont pas bien pour vous, vous avez l’impression que même les lois de la nature sont contre vous. Lorsque vous lancer une balle en l’air et attendez qu’elle vous revienne, pour une fois, elle défie la loi de la pesanteur… Ka a trahi tous ses amis et même Ipek, je pense que ses expériences d’immigré en Allemagne y sont pour grand chose.

  2. Ce roman »neige »tourne principalement autour du personnage de Ka qui traverse toutes les étapes de la vie en passant de la solitude au bonheur avec un tel courage.La vie d’un exilé est déjà en soi un véritable parcours du combattant.Ajouter à cela,toutes les turpitudes de l’existence,cela devient insurmontable.La fin du roman est une tragédie.Un héros doit toujours vivre,à mon avis.C’est une œuvre à découvrir.Ames sensibles comme moi,préparez vos mouchoirs.Meme en lisant ce résumé,l’émotion est toujours là…

    1. Oui Rita, c’est un roman trÈs émouvant qui te fait réflechir pendant des semaines. Et pour moi, l’expérience d’être un étranger est unique, mais je ne crois pas que le courage soit une caractéristique de Ka, bien au contraire. C’est quelqu’unn de trÈs cultivé mais sans plus… Je recommande vivement le livre surtout pour ceux qui veulent approfondir leur connaissance sur la question du port du voile en Islam

  3. Non ! Serge ! Ne me dis pas que tu as raconté la fin ?! Ka a trahit les siens et Katembera a trahit les futurs lecteurs de Neige. Je te pardonne, ton exil n’y est pour rien. Connaître la fin n’est pas suffisant. Hé! dis-nous, pourquoi le roman s’intitule Neige ?

    1. Ah Limoune je suis désolé… je te jure que j’ai reflechi à plusieurs fois avant de dire comment le roman se termine, tout compte fait je vais la changer. Le roman s’appelle « Neige » parce qu’il neige terriblement à Kars et que c’est lors de ses promenades la nuit que Ka a toute son inspiration. c’est d’ailleurs pourquoi il cherche à créer un série des poèmes qui expliqueraient la « structure cachée de la neige » et le « sens de la vie »

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *