Les spécialistes du monde

La mort de Chavez et la répercussion qu’elle a eu dans le monde m’a fait réfléchir sur un vieux thème qui date des années 1970 et que l’on oublie souvent. Evidemment, ce sujet a été lancé en grande partie par le professeur Edward Said, palestinien né à Jérusalem et qui a vécu en Egypte.

C’est pourtant aux Etats Unis qu’il fera toute sa carrière académique. Si ça vous intéresse d’en savoir un peu plus sur sa vie, cliquez ici.

Le_massage_scene_de_hammam_musee_des_Augustins_Toulouse

Ce n’est pas de Said que je veux parler mais de l’importance de sa pensée.

Tout d’abord, un petit détour.

J’ai écouté pas mal d’inepties sur l’administration d’Hugo Chavez, des propos tenus par des « spécialistes » qui n’avaient pas la moindre vision générale de la situation politique et sociale en Amérique Latine . Quand on nous dit par exemple que l’Etat contrôle les médias au Vénézuela, c’est faire preuve d’une telle incohérence. La plus importante chaîne de télévision du pays est privée et a participé à la tentative de coup d’Etat contre Chavez en 2002. Mais en parle -t- on aujourd’hui?

Qui parle pour nous? Dites-le moi!

Dans toute l’Amérique Latine, aucun gouvernement ne contrôle les médias à l’exception de Cuba. C’est pourquoi en Argentine une réforme des médias est en passe d’être approuver, elle devrait permettre de réduire substantiellement le monopole du groupe Clarín.

Prenons un autre exemple. Jusqu’à présent, il est difficile de se faire une idée claire sur la situation au Mali. Ni même de savoir qui sont les principaux acteurs impliqués dans ce conflit armés, quelles en sont les causes. La formule qui contente tout le monde c’est de dire que le Mali est le nouveau nid du terrorisme mondial. Et bientôt le Cameroun.

Sur les plateaux des télévisions, je ne vois aucun malien ou vénézuelien qui nous parle de son pays, qui nous explique la complexité sociale et politique de son pays. Ne vous y trompez pas, rien n’est simple ici.

Tout ça me renvoie aux idées d’ Edward Said qui a vu – en son temps – le discours sur « l’Orient » être pris en otage par des « spécialistes du monde » que personne ne pouvait démentir.

C’est toute la structure médiatique qui est remise en cause. Le discours est pris en otage et il est instrumentalisé.

Stéphane Huët a raison lorsqu’il revendique un rôle décisif des blogueurs dans la diffusions des idées, des opinions et des informations. Mais sur ce dernier sujet, je rejoins la lecture un peu folle mais juste de Nicolas Dagenais. Je doute tout comme lui.

said600span

(Edward Said)

Le décès d’Hugo Chavez, la guerre au Mali et tant d’autres sujets; la politique au Togo ou le développement de la Grande Caraibe, je préfère écouter la voix de la périphérie.

Franchement, moi si je vais savoir quelque chose sur le Cameroun j’irai volontiers sur les blogs de Jackson, Ngimbis, Salma ou Danielle…  Si c’est la Mauritanie qui m’intéresse je lirai bien sûr Sneiba. C’est la même chose pour le Mali, je suis plus disposé à savoir ce que Faty en pense qu’un autre grand média du monde. Ses articles vivent et respirent la passion qu’elle a pour son pays.  L’authenticité de son point de vue m’intéresse particulièrement. Comment ne pas être admiratif face à l’engagement d’une jeune journaliste comme Josiane Kouagheu? Je lui rend hommage au passage.

C’est vrai qu’il m’est arrivé de ne pas être d’accord avec René Jackson sur un thème assez polémique – Douala ville sexuelle – mais j’aime mieux ça.

Pour revenir à la question posée ci-dessus, je pense que nous devons changer notre façon de voir les choses. Ne nous demandons pas pourquoi certains spécialistes parlent de nous, de l’Afrique, de l’Asie, de l’Amérique Latine, du Mali, de la Chine, ou de Chavez… La question que je me pose est c’est celle-ci: Où sont donc nos spécialistes?

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.
Serge

Derniers articles parSerge (voir tous)

21 Commentaires

  1. Il faut en effet désembrouiller le monde des idées, démasquer ces spécialistes du monde (ça me fait penser à la chanson de Caussimon chantée par Ferré, tiens : http://www.youtube.com/watch?v=-pYFGXu78Pc), ces champions d’la civilisation et ramener un peu de politique dans c’t’affaire. Il faut en fait mettre au jour leur position dans les conflits politiques qu’ils feignent d’occulter (par leur position de « spécialiste » justement !). Après, la question : où sont les nôtres de spécialistes ? est la bonne. Car on pourrait bien avoir les meilleurs idées du monde que ça ne changerait pas grand-chose à l’histoire. Il reste à prendre position dans ces conflits, voilà tout. Pas à s’interroger idéalement sur le pourquoi nos spécialistes ne sont pas sur les plateaux de télé. Quant à l’issue incertaine du combat à mener, elle n’est pas un problème théorique. Il n’y a de résolution que pratique comme on disait.

    « je préfère écouter la voix de la périphérie » ; une périphérie sans centre, ouais !

    Salutations,

    1. @ Naqoyqatsi, merci pour léo Ferré, c’est quelqu’un que j’admire beaucoup, une pensée profonde. En lisant ton « renversement » de ma question j’ai su immédiatement où tu voulais en venir, et à la fin, tu le dis tout net:  » Quant à l’issue incertaine du combat à mener, elle n’est pas un problème théorique. Il n’y a de résolution que pratique comme on disait. » … et je te donne raison à 100 %.
      tu me fais refléchir encore plus, merci.

  2. il m’est arrivé de faire le même constat dans les jours qui ont suivi le coup d’Etat du 22 mars au Mali. Un spécialiste du Mali qui ne parle pas Bamabara, qui rechigne à passer ne serait ce qu’une nuit à Bamako…Mais, l’article a été censuré par la rédaction du Quotidien Les Echos. Merci d’avoir vu juste.

  3. cher serge, je te felicite une fois de plus pour ce bel article et aussi pour rendre hommage à tes colègues.
    Que pouvons nous attendre de mieux d´un système qui nous rend tous prisonniers, aliénés, insaisissables,empoisonnés et j´en passe…je suppose que nos specialistes aussi sont dopés dans cet empire capitalistique, inutile de les chercher. les blogs sont un lieu meilleur pour une bonne conprehension de ce genocide mondial. c´est en les lisant que l´on a sans doute des vraies infos sur les conditions dans lesquelles vivent les populations. « Le mal est dans la civilisation » je lis les blogs,
    Tout en espérant qu´un jour nos specialistes ressuscitent de ce terrorisme organisé.

    peace of heart…

    1. @ Chavez c’est justement ça le rôle des blogs, parlez de ce que les grands médias ne parlent pas. Je crois tout de même que ces spécialistes là ne sont pas victimes comme nous, ils sont complices de nos misères.
      attendons le renouveau…

  4. T´as raison sur tous les plans, sauf sur 1…il est important ou même préférable de lire les bloggeurs mais, il est difficil de trouver des bloggeurs qui te donneront des vraies infos par exemple sur l´évolution de la situation economique de leurs pays, la politique de leurs pays, si ce n´est des faits divers et pleinnes de leurs mesaventures dans la societé. On retouve beaucoup des reclamations sur des conditions de vies, ou sur un acte malsains de quelqu´un, l´information en elle même n´est pas disponible. je lis des blogs sauf qu´il est assez rare de trouver des bloggeurs Africains qui font reelement des recherches pour nous donner ces informations, raison pour laquelle certaines personnes suivent encore nos journalistes des médias controlés.

  5. c’est ce qui me plait chez toi, Serge! Tu arrives à te soustraire de l’uniformisation, la tête sur les épaules. Des gens qui ont des idées, comme toi, sont des pépites! Mais leur torts est d’être nègres
    Je sais que tu rebondiras sur ma dernière phrase, et c’est justement ce que je désire! Seulement, débattons-en ailleurs! Pourquoi pas dans un billet collectif?
    Bien à toi.
    Aphtal

  6. Serge cet article m’a fait rappeler un analyste brésilien dont tu m’as parlé une fois et qui connaissait les problémes de notre Congo mieux que les congolais… T’as raison en affirmant que nous devons avoir nos propres specialistes, mais sans structure, sans base dans nos médias c’est bien difficile mais pas impossible. Autre chose, combien sont ceux là parmi les congolais par exemple et africains en géneral sont disposés à suivre de près, avec ferveur ces specialistes, ces blogueurs? Nombreux n’ont mm pas d’esprit critique, on gobe tout de l’occident. Très belle reflexion Serge!

  7. Nos spécialistes sont nous même Serge. Moi aussi, j’en ai marre que c’est toujours les autres qui parlent de nous. On pense que le Cameroun est devenu comme tu le dis si bien, une destination des terroristes, je suis cela dans les grandes chaînes internationales. Mais, a-t-on pris l’avis d’un politologue, d’un spécialiste camerounais? Ces spécialistes savent-ils que même les Camerounais sont pris en otage dans leur propre pays? Non il n’y a que l’avis de ceux du monde qui compte. J’en ai tellement entendu. Heureusement que les blogueurs et blogueuses de mondoblog sont là. Serge comme toujours, tu traites des thèmes profonds…

  8. Nous arriverons un jour a la  »guerrilha de l’information ». Je prefere lire aussi les Blogs car ce moi qui choisi ce que je dois consommer car en ce jours il ya une trés forte manipulation médiatique et la question qui me vient en tête est la suivante: Qu’attendent ils de nous ces specialistes et pour qui travaillent ils?. Merci pour l’article et les références cités.

    1. Nelly, tu dis quelque chose de très intéressant: maintenant avec l’intenet, c’est le consommateur qui choisit ce qu’il veut lire ou reagrder. ces « spécialistes là » n’attendent rien de nous, ils s’en foutent. le rôle de ce type de médias est justement de ne donner la paroles qu’à ceux qui sont du même côté qu’eux…

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE