Le noir qui présidera la Cour Suprême

Joaquim Barbosa présidera la Cour Suprême de Justice du Brésil pendant deux ans. Pour la première fois dans l’histoire du pays, un noir occupera l’une des plus hautes fonctions de l’Etat. Car au Brésil, les membres de la Cour Suprême jouissent d’un status institutionnel supérieur à celui du président de la république. Cela se démontre aussi par le fait que les juges de cette cour ont le salaire le plus élevé de la fonction publique: 27000 reais par mois.

Ce docteur en droit public de l’Université Paris II s’est distingué pendant ses études secondaires puis universitaires à Brasília. Il a vite obtenu un master en droit étatique avant d’aller poursuivre ses études en Europe. Polyglotte, le « ministre » Barbosa parle cinq langues dont le français. Elevé dans une famille de huit enfants dans la plus grande misère du Brésil, Joaquim Barbosa représente la mentalité brésilienne qui consiste à ne jamais abandonner. Au pays du football, on peut trouver des milliers d’histoires comme celle de ce juge.

Pendant longtemps, les noirs brésiliens n’avaient pas de perspectives de croissance professionnelle dans la sphère politique. Pour eux, il n’ y avait que deux options: le football et la musique. Et parfois une troisème dans le crime. Avec des icônes tels que Pelé et Ronaldinho dans le sport, ou Gilberto Gil dans la musique, les noirs savaient leur place dans la société. Leurs héros étaient des stars du sport ou de la musique. Maintenant, les choses changent. Après l’ascension au pouvoir d’un prolétaire – Lula da Silva -, c’est au tour d’un originaire de ParacatuMinas Gerais – de monter sur le devant de la scène politique brésilienne.

Le juge Barbosa est connu pour son positionnement très libéral s’étant illustré à plusieurs reprises comme un progressiste. Il a defendu le mariage entre homossexuels, et a été  favorable à la recherche sur les cellules souches – sujet polémique ici -. Ces derniers mois, Joaquim Barbosa s’est distingué dans le jugement du Mensalão.

Si l’Amérique a surpris le monde en élisant son premier président noir, le Brésil montre encore une fois qu’il s’opère des changements dans sa structure sociale. Encore un élément qui fait du Brésil un géant de ce siècle. La présidence de Joaquim Barbosa commence le 22 novembre…

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.

6 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *