Universités gratuites pour les riches

L’enseignement supérieure au Brésil est gratuite, mais le système éducatif est loin de permettre aux pauvres l’accès à des institutions d’enseignements supérieures. Cette situation est le résultat d’un vaste système d’exclusion des pauvres, et par conséquent, des noirs de toutes les sphères publiques depuis l’époque de l’indépendance jusqu’à l’abolition de l’esclavagisme au Brésil.

Entre 1950 et 1970, une réforme de l’enseignement supérieur a permis de créer des universités fédérales dans chacun des états brésiliens. Ce nouveau système

décentralisé augmenta drastiquement le nombre d’étudiants admis par le seul critère du mérite. A ce niveau, tout parait normal. C’est sans compter sur l’exclusion des noirs et des pauvres confinés dans les favelas et qui n’avaient pas accès à l’enseignement primaire et secondaire de qualité. L’une des plus grandes contradictions sociales du Brésil réside en ce fait. Les riches ont accès à l’éducation primaire de qualité graces aux rare

Au Brésil, la population blanche est aussi la plus riche. Les noirs et les amérindiens sont pauvres et victimes d’exclusion. Un jeune blanc fréquente une école privée de très grande qualité et peut ainsi concourir à une place dans une université publique gratuite. Les pauvres, d’autres part, n’ont pas le bagage nécessaire pour prétendre à une place dans une université fédérale. Une décennie de gouvernements de gauche semble corriger ce déséquilibre tant social que racial. Le développement rapide de l’économie brésilienne a vu croite la classe moyenne et a propulsé une bonne partie de la population pauvre au niveau de consommateur privilégié dans tous les domaines de la vie sociale.s écoles privées très spécialisées qui contribuent à la perpétuation des inégalités. L’Etat n’a pas non plus investi dans l’enseignement public au niveau primaire et secondaire.

Au cours des dernières années, les universités sont “plus colorées” (en 2008, quand je débarque au Brésil avec mes collègues africains, nous formons le seul contingent de noirs dans l’université que je fréquente); et sont devenues des lieux de multiples manifestations démocratiques visant à éliminer les inégalités sociales et raciales d’un système éducatif élitiste. Le pays est sur la bonne voie…

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.
Serge

Derniers articles parSerge (voir tous)

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE